Se connecter S’abonner

C’est le début de la fin pour les tickets de métro en Ile-de-France

Le ticket de métro entre dans l’ère numérique avec désormais la possibilité de charger billets et abonnements sur son smartphone ou de payer par prélèvement après ses trajets.

Crédit: iStock.

En région parisienne, les tickets de métro devraient n’être bientôt plus qu’un souvenir: Ile-de-France Mobilités (IDFM) anticipe leur disparition en proposant de charger billets et abonnements sur son smartphone ou de payer par prélèvement après ses trajets.

« Toute la billettique que nous sommes en train de mettre en place va permettre de tarifer mieux, à la vraie consommation, et de tarifer, aussi, à des prix un peu plus bas », promet la présidente d’IDFM Valérie Pécresse, qui dirige aussi la région Ile-de-France.

Les nouvelles formules vont selon elle « faire entrer les services numériques dans la poche des Franciliens, pour leur faire gagner du temps, de la liberté et accélérer la fin du ticket de métro », ajoute-t-elle, rappelant que celui-ci met un an à se décomposer quand il est abandonné sur un trottoir.

IDFM a déjà lancé en juin Navigo Easy, une carte vendue 2 euros qui permet de stocker des titres de transports pour les usagers occasionnels: tickets à l’unité ou en carnet, forfaits journée et tickets de bus vers les aéroports Orly et Roissy.

A LIRE >>> Voici Navigo Easy, le ticket de métro 2.0

La formule, qui évite d’accumuler des tickets démagnétisés au fond de ses poches, est déjà « un très gros succès », selon Mme Pécresse. « Ce sont des millions de tickets papier qui ont déjà été évités en trois mois! » Ses détracteurs remarquent qu’il faut désormais plusieurs cartes pour voyager à plusieurs, quand il suffisait de se partager les tickets d’un carnet…

« Parfaitement sécurisé »

Depuis mercredi, IDFM permet aussi d’acheter et valider des titres de transports -tickets T+, forfaits Navigo et tickets OrlyBus et Roissybus- avec certains smartphones via la technologie NFC (sans contact entre la borne et l’appareil).

Les usagers devront être équipés d’une carte SIM NFC Orange ou Sosh, quel que soit leur mobile NFC, ou bien d’un smartphone Samsung compatible -une quinzaine de modèles sont concernés-, quel que soit leur opérateur. Ces deux catégories représentent un utilisateur de smartphone Android sur deux, selon l’autorité régionale des transports, qui assure que ce nouveau service est « parfaitement sécurisé ».

Pour utiliser les titres de transports ainsi dématérialisés, il faudra télécharger l’application ViaNavigo puis présenter simplement son smartphone -même éteint- sur les bornes de validation ou aux agents lors des contrôles, comme un passe Navigo classique.

Environ 90% des usagers des transports en commun franciliens disposent d’un smartphone -y compris les touristes et visiteurs- et parmi eux 80% possèdent un appareil Android, Samsung revendiquant une part de marché de 50% dans la région.

En outre, les utilisateurs souhaitant garder leur passe Navigo physique vont désormais pouvoir le recharger directement avec leur smartphone. Il faudra pour ce faire payer son forfait (journalier, hebdomadaire ou mensuel) sur l’application ViaNavigo et approcher le passe du smartphone pour le recharger.

Cette fonctionnalité nouvelle est disponible sur 90% des smartphones NFC fonctionnant avec Android -et pas seulement les appareils Samsung ou les clients d’Orange-, selon IDFM. 

Objectif: supprimer le carnet de tickets

« Je ne me satisfais pas que nous ne puissions toujours pas aujourd’hui offrir ce service à tous les utilisateurs de smartphone », a regretté Valérie Pécresse mercredi lors d’une conférence de presse.

« J’en appelle pour la énième fois à Apple, avec lequel nous sommes en contact régulier depuis plusieurs années, afin qu’ils fassent le nécessaire pour qu’en 2020 les détenteurs d’iPhone puissent bénéficier de ce service », a-t-elle lancé. « Il en va de l’intérêt de la compagnie à la pomme s’ils veulent éviter que les Franciliens basculent vers les téléphones sous Android! »  Refusant de payer quoi que ce soit à Apple, elle espère un accord « dans les mois qui viennent ».

Ile-de-France Mobilités doit aussi lancer en novembre une carte baptisée Navigo Liberté+, qui permettra de payer le 15 du mois suivant, par prélèvement, ses trajets en métro, tram, bus et RER dans Paris. Pour inciter les Franciliens et visiteurs à utiliser ces nouveaux produits, le carnet de 10 tickets va augmenter de deux euros le 1er novembre dans sa version papier, pour passer à 16,90 euros.

« L’objectif, c’est de supprimer le carnet de tickets », confirme Laurent Probst, le directeur général d’IDFM.  « Notre objectif, c’est mi-2020 », dit-il. Mais cette décision dépendra du succès de ses nouvelles formules. « On ne veut pas violenter les gens! »