Malus écologique : le gouvernement prévoit une très forte augmentation pour 2020

L’exécutif veut envoyer un signal fort et essayer de contrer l’amour des Français pour les voitures polluantes. Le nouveau barème des malus accompagne la mise en place de nouveaux tests sur les émissions polluantes.

Le malus sera augmenté dès le 1er janvier. Crédit: Istock

Une augmentation qui ne va pas passer inaperçue sur les étiquettes des voitures neuves les plus polluantes. En effet, dans son projet de loi de finances 2020, le gouvernement prévoit d’augmenter le malus écologique en 2020, annonce le journal Les Echos. Une mesure qui doit permettre d’équilibrer les bonus et les malus qui sont appliqués sur les véhicules neufs plus ou moins propres.

1 200 euros de plus

Selon le ministre de l’Economie et des Finances, qui était dimanche 29 septembre invité sur RTL, l’augmentation du malus auto prendra effet dès le 1er janvier. Le seuil d’émission de CO2 qui entraîne l’application du malus sera abaissé : il passera de 117g/km à 110 g/km. « Pour un véhicule qui émet 140g/km on va passer le malus de 690 euros à 1 901 euros. C’est une manière de dissuader les gens d’acheter des véhicules polluants », a indiqué le ministre.

A LIRE >>> Bonus/malus : et si chacun payait en fonction du poids de sa voiture ?

Autre exemple, rapporté par Les Echos, pour une voiture émettant 120 g/km de CO2 (selon l’ancienne grille de test, dont environ 150 g/km dans le nouveau système), il faudra payer 260 euros de malus en 2020 contre 50 euros cette année.

Également, le gouvernement compte de plus en plus financer l’achat de véhicules électriques. Ainsi, l’enveloppe dédiée aux bonus (qui s’élève à 6 000 euros) devrait être augmentée de 50% par rapport à 2019. Mais la mesure ne sera pas étendue aux véhicules hybrides rechargeables.

Des émissions de CO2 plus importantes

Cette hausse accompagne la mise en application par la France d’une directive européenne sur les normes d’homologation des véhicules, qui, à la suite du scandale « Dieselgate », a complètement revu les protocoles pour coller au plus près des conditions d’utilisation réelles des véhicules. C’est le WLTP (Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedures).

A LIRE >>> Les pick-up n’échapperont plus au malus écologique

Par conséquent, les taux de CO2 émis affichés sur les étiquettes seront donc plus élevés de 24,8% en moyenne, a calculé le gouvernement. Ce qui veut dire qu’un véhicule émettant 100g/km dans l’ancien système devient un véhicule qui émet 124,8g/km. Le barème sera donc adapté à ces nouvelles valeurs… avec un durcissement.

En 2018, le malus écologique a rapporté 560 millions d’euros contre 245 millions d’euros en 2017. Sur les 2,2 millions de véhicules neufs vendus en France en 2018, 640 000 voitures étaient soumises à ce malus.

Sur le même thème

Bonus-malus Budget auto Budget automobiliste

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique