Incendie à l’usine Lubrizol : une enquête ouverte pour «démarchage abusif»

Des prélèvements de l’air ont été facturés aux habitants par des démarcheurs.

Une enquête est en cours afin de déterminer les causes de l'incendie/ Crédit : BEAUFILS/SIPA

À Rouen, certains profitent de la détresse des habitants. Mercredi 9 octobre, franceinfo révèle qu’une enquête a été ouverte par les services de la Répression des fraudes pour « démarchage abusif ». En effet, à la suite de l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen (Seine-Maritime), des habitants ont été la cible d’arnaque. Précisément, des démarcheurs disent avoir été mandatés par la préfecture pour effectuer des prélèvements chez les particuliers.

Comme le raconte franceinfo, des habitants vivants à proximité de l’usine ont été contactés par des laboratoires désireux d’effectuer des tests afin de mesurer la qualité de l’air. Ils ont ensuite expliqué à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) que ces prélèvements leurs avaient été facturés.

14 jours pour se rétracter

« Les services publics ne font pas de démarchage et nous n’avons pas mandaté de laboratoire pour faire des analyses chez des particuliers et encore mois en faisant payer les citoyens de Rouen ou des communes avoisinantes », rappelle Gaëtan Rudant de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi de Normandie (Direccte) cité par franceinfo.

Le site rappelle que ceux qui ont été la cible d’une telle arnaque peuvent se retourner. En effet, ceux qui s’estiment victimes de ces prélèvements frauduleux ont 14 jours pour se rétracter. Et ce n’est pas la seule arnaque qui guette les habitants de Seine-Maritime. Des entreprises démarchent les habitants afin de récupérer des morceaux de tôle en fibrociment. Attention, une seule entreprise est officiellement mandatée pour collecter ces matériaux.

Au moindre doute, il est recommandé de signaler les possibles abus à la répression des fraudes. De plus, le gouvernement a mis en ligne un numéro vert à contacter afin de répondre aux questions des habitants. C’est le 0 800 009 785. Plus de 130 plaintes ont déjà été déposées par des particuliers et des élus locaux qui s’inquiètent des conséquences de l’incendie de l’usine Lubrizol. Une enquête est en cours afin de déterminer les causes et de localiser le départ de feu.

Sur le même thème

arnaque fraude Selon la Répression des fraudes

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique