En Ile-de-France, bientôt une aide de 500 euros pour l’achat d’un vélo électrique

Pour toucher ces 500 euros, il faut s’engager à garder le vélo électrique 3 ans. La demande ne pourra être réitérée que tous les 5 ans.  

Pour bénéficier de la mesure, les particuliers devront s'inscrire sur une plateforme dédiée au remboursement, depuis le site internet d'Ile-de-France Mobilité. Crédit: iStock.

Une aide pouvant s’élever jusqu’à 500 euros sera versée, à partir du 20 février 2020, aux Franciliens, pour l’achat d’un vélo électrique neuf, et pourra atteindre jusqu’à 600 euros pour un vélo de type « cargo », a annoncé jeudi dans un communiqué l’organisme Ile-de-France mobilités (IDFM).

La somme ainsi versée ne pourra dépasser la moitié du prix du vélo TTC, précise IDFM, qui a entériné lors d’un conseil d’administration organisée mercredi une décision initiale de sa présidente, également présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse (Libres!).

A LIRE >>> Une application réunira bientôt tous les moyens de transport en Ile-de-France

Peuvent bénéficier de cette mesure les habitants de la région Ile-de-France qui s’engagent en contrepartie à ne faire qu’une demande pendant 5 ans, et à garder le vélo pendant une durée de 3 ans minimum – et de fait, à ne pas le revendre sur cette période.

Une plateforme spéciale pour se faire rembourser

Pour bénéficier de la mesure, les particuliers devront s’inscrire sur une plateforme dédiée au remboursement, depuis le site internet d’Ile-de-France Mobilités, en justifiant notamment domicile, carte d’identité ou passeport, et RIB.

« En cas de cumul avec une aide locale, le montant global d’aide à l’achat (aide locale + aide Île-de-France Mobilités) ne peut pas dépasser 500 euros pour un vélo d’assistance électrique classique et 600 euros pour un vélo électrique cargo » (transport de charges ou de personnes), précise le communiqué.

Ainsi, un Parisien qui bénéficie déjà d’une aide s’élevant à 400 euros de la mairie de Paris, se verra verser 100 euros supplémentaires d’IDFM. L’organisme a prévu un budget annuel de 12 millions d’euros par an, et table entre 20.000 et 30.000 demandeurs chaque année.

Pour Valérie Pécresse, l’objectif est « de faire découvrir le vélo électrique ». L’initiative complète celle lancée en septembre d’une offre de location de vélos électriques pour 40 euros par mois d’une durée de six mois non-renouvelables, ouverte à tous les Franciliens sous le nom de Véligo.

Contrairement aux offres de vélos en libre-service existant dans plusieurs villes, les utilisateurs de Véligo garderont le même vélo pour six mois et s’occuperont de le garer où ils le souhaitent, disposant d’une clé et d’un antivol.

Sur le même thème

aides et allocations Prix des transports collectifs

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique