Prime à la casse: voici comment en tirer encore profit

Depuis sa mise en place en 2018, la prime à la conversion a séduit plus de 300 000 Français. Pour rappel, il s’agit d’une aide de l’Etat attribuée pour l’achat d’une voiture neuve ou d’occasion moins polluante en échange de la mise à la casse d’un véhicule ancien.

Un dispositif qui s’applique aussi à la location avec option d’achat (LOA) et de longue durée (LLD), à condition que le contrat s’étale sur au moins vingt-quatre mois. Dépassé par l’afflux de demandes et désireux de limiter les dépenses, le Gouvernement a décidé à l’improviste, en plein cœur de l’été, d’adopter des critères plus restrictifs. La nouvelle mouture est certes moins avantageuse, mais il reste possible d’y trouver son compte, surtout si vous privilégiez l’électrique. Le timing, en tout cas, est idéal.

A LIRE >>> Automobile. La prime à la conversion a été toilettée : voici ce qui a changé

Qui est éligible ?

La nouvelle prime à la conversion est davantage orientée vers les foyers les plus modestes. Que vous soyez un conducteur imposable ou non ne change rien. Dorénavant, c’est le revenu fiscal de référence par part (RFR/P) qui est pris en compte. Avec un seuil fixé à 13 489 euros par part, soit 40 467 euros pour un couple avec deux enfants, par exemple (une part par adulte plus une demi part par enfant, soit 13 489 x 3).

Le RFR est calculé chaque année par le fisc et vous le trouverez sur votre avis d’imposition. Attention, c’est le RFR de l’année N-1 qui est retenu, donc celui de l’année 2018 établi en fonction des revenus de 2017 pour un achat cette année. Au-dessus de 13 489 euros, la prime sera attribuée uniquement pour l’électrique ou l’hybride rechargeable. En dessous, vous avez accès, en plus, à une prime pour l’achat d’un véhicule estampillé Crit’Air 1 neuf ou d’occasion, ou d’un Crit’Air 2 immatriculé après le 1er septembre.

A LIRE >>> Hausse des carburants: les taxes de l’Etat et les marges des distributeurs pèsent sur le budget des automobilistes

Le doublement de la prime, ou « superprime », est maintenu et concerne les ménages dont le revenu fiscal de référence est inférieur ou égal à 6 300 euros/part –  près de 5,8 millions de Français selon le Gouvernement  – ou à 13 489 euros/part pour les gros rouleurs avec justifi catifs (si la distance entre le domicile et le lieu de travail est supérieure à 30 km ou si l’acheteur parcourt plus de 12 000 km/an dans le cadre de son activité professionnelle avec son véhicule personnel).

Quels véhicules acheter ?

Pour éviter certaines dérives qui ne sont pas « dans l’esprit des intentions initiales », selon la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, le Gouvernement a voulu que le dispositif privilégie les véhicules réellement propres et financièrement « réalistes ». Conséquence : la prime à la conversion ne s’applique plus aux automobiles de plus de 60 000 euros (coût de location des batteries inclus, le cas échéant). Il faut dire que, sur les six premiers mois de l’année, près d’une centaine de personnes avait reçu un chèque pour acquérir des voitures de luxe ou des diesels postérieurs à 2006, et donc pas vraiment récents.

A LIRE >>> Budget auto : quand votre voiture peut aussi rapporter (un peu)

En pratique, pour empocher la prime la plus élevée, il faut viser les voitures électriques neuves ou d’occasion, celles fonctionnant à l’hydrogène et certaines hybrides rechargeables (sous 51 g de CO2). L’aide est alors de 2 500 euros (5 000 euros avec la superprime).

Les véhicules hybrides non rechargeables et les véhicules thermiques essence neuf ou d’occasion classés Crit’Air 1 peuvent prétendre à une prime de 1 500 euros (3 000 euros avec la superprime), du moment qu’ils n’émettent pas plus de 116 g/km de CO2. Quelques grammes suffi sent donc à rendre inéligibles de nombreux modèles, comme la Renault Clio essence TCe 130 (120 g/ km), pourtant l’un des plus vendus dans l’Hexagone.

Mais la grosse nouveauté de ce remaniement, c’est l’exclusion des véhicules Diesel d’occasion, et même de certains neufs (ceux qui sont actuellement en stock dans les concessions), du dispositif. Une décision surprenante, sachant que près de la moitié des voitures acquises avec la prime ancienne version depuis le début de l’année roulaient au gazole. Désormais, seuls les diesels immatriculés à partir du 1er septembre 2019 et répondant à la norme Euro 6d/Crit’Air 2 seront éligibles.

Curieusement, la prime à la casse ne s’applique pas si vous achetez une voiture roulant au bioéthanol. Cette catégorie bénéficie toutefois d’un abattement de 40 % sur les émissions de CO2 pour le barème du malus écologique, ce qui les exempte de pénalité. Sans doute une incitation pour les constructeurs à en produire plus. Pour l’heure, un seul véhicule neuf à la motorisation « flexifuel  » est disponible : le Ford Kuga 2 (1,5 l, 150 ch), dont les ventes s’emballent (80 % des modèles écoulés).

A LIRE >>> Budget auto: la recette pour économiser plus de 400 euros d’essence sans rouler pépère

Restent les conditions à respecter pour le véhicule mis à la casse. Si votre RFR/P ne dépasse pas 13 489 euros, la voiture mise au rebut doit être un diesel immatriculé avant le 1er janvier 2006 ou une essence d’avant le 1er janvier 1997. Au-dessus d’un RFR/P de 13 489 euros, et donc seulement en cas d’achat d’un véhicule électrique ou hybride rechargeable, le diesel mis au rebut doit dater d’avant le 1er janvier 2001 (pas de changement pour l’essence).

D’autres critères sont exigés : le véhicule ne doit pas être endommagé, il doit avoir été acheté au moins un an auparavant, être immatriculé en France et être assuré à la date de destruction. Il ne doit pas non plus être gagé et le propriétaire dont le nom est sur la carte grise doit être le bénéficiaire de la prime à la conversion. Enfin, l’ancien véhicule dont vous vous débarrassez doit être mis en destruction dans un centre agréé VHU (véhicules hors d’usage) dans les six mois qui suivent l’achat ou la location du nouveau véhicule. Si votre ancien véhicule est en état de marche, sa destruction est gratuite. Dans le cas contraire (voiture en panne ou immobilisée), l’épaviste vous facturera – chèrement ! – l’enlèvement et le déplacement jusqu’à la casse.

Comment toucher la prime ?

Deux cas de figure se présentent. Situation la plus simple : le vendeur est un professionnel et il accepte d’avancer le montant de la prime à la conversion. Cette somme est alors déduite du prix d’achat TTC. Le vendeur sera ensuite remboursé par l’Etat de l’avance qu’il a consentie. Vous n’avez donc rien à faire.

A noter : le téléservice intègre d’offi ce l’aide versée par la Métropole du Grand Paris jusqu’en 2023 aux Franciliens qui achètent un véhicule neuf ou d’occasion électrique, hybride rechargeable, hydrogène ou au gaz naturel (voir encadré ci-dessus). Cette prise en compte globale devrait être étendue progressivement aux autres aides locales.

Electrique, hybride, essence, diesel : notre sélection pour tous les budgets

Kia Picanto

Taillée pour la ville, la petite coréenne se faufi le facilement dans la circulation, bien aidée par son moteur essence plein de tonus. Son espace optimisé, ses nombreux rangements et un coff re décent lui permettent de ne pas se cantonner au rôle de seconde voiture du foyer. L’habitacle, lui, n’est pas le plus funky du marché, mais il a le mérite d’être fonctionnel et très bien équipé. C’est d’ailleurs le point fort de la Picanto, sans oublier une garantie de sept ans. En concession, comptez jusqu’à 10 % de remise.

Moteur : 3 cylindres essence atmosphérique. Puissance : 67 ch. Conso. moyenne : 4,4 l/100 km. Rejets CO2 : 101 g. Prix catalogue : 12 600 €.

Suzuki Swift Boosterjet SHVS

C’est plutôt malin : au lieu d’un système hybride complet et coûteux, les ingénieurs maison ont simplement ajouté un petit moteur électrique qui soulage le bloc thermique dans les phases de démarrage et d’accélération. De quoi économiser quelques millilitres d’essence et profi ter de l’appellation hybride et de la prime à la conversion. Malgré ses défauts – plastiques bas de gamme, connectivité moyenne et volume de coff re réduit – , la citadine est un régal à conduire. Vous pouvez négocier 1 500 euros de remise et l’extension de garantie jusqu’à cinq ans.

Moteur : 4 cylindres essence + moteur électrique. Puissance :  111 ch. Conso. moyenne : 4,3 l/100 km. Rejets CO2 : 98 g. Prix catalogue : 18 090 €.

Dacia Sandero Stepway

La citadine roumaine s’affiche certes à prix cassés, mais ne la joue pas petits bras pour autant. Elle profi te de l’expertise du groupe Renault pour offrir des prestations routières très correctes et un niveau de sécurité désormais décent. Embourgeoisée au fil du temps, elle dispose d’un niveau de confort qui n’a plus rien de low cost (Bluetooth, régulateur de vitesse, système de navigation…). N’espérez pas beaucoup de marge de négociation en concession (tout au plus une ou deux options). 

Moteur : 4 cylindres Diesel suralimenté. Puissance : 95 ch. Conso. moyenne : 3,9 l/100 km. Rejets CO2 : 103 g. Prix catalogue : 14 890 €.

Renault Zoe R90

De la taille d’une Clio, la Zoe R90 vous emmènera sans un bruit ni une goutte de carburant à plus de 300 km de chez vous en une charge. Il faudra se montrer patient à la borne, car cette version de base ne peut encaisser que 22 kW. Il faudra donc compter, au mieux, 2 heures 40 de charge sur une wallbox (borne murale, un investissement facilement négociable en concession) ou une recharge rapide ; au pire… 25 heures sur une prise domestique pour une charge complète ! Quant à la location des batteries, le prix de base (69 €/mois) limite le kilométrage annuel à 7 500 km.

Moteur : électrique synchrone à rotor bobiné. Autonomie :  317 km. Capacité des batteries : 41 kW/h. Rejets CO2 : 0 g. Prix catalogue : 23 200 €.

Toyota Corolla hybride

La nouvelle Corolla est en quelque sorte la Golf de chez Toyota. Une arme de conquête qui compte bien rafler la mise sur le Vieux Continent en proposant des motorisations exclusivement hybrides. Ici, un bloc électrique seconde le moteur essence dans les phases de démarrage et les fortes accélérations. On aime son look tout droit sorti d’un manga et le silence de fonctionnement. Il faudra juste s’habituer à la boîte auto (CVT, automatique à variation continue) qui a tendance à pédaler dans la semoule ! Tablez sur 1 500 à 2 000 euros de remise en concession.

Moteur : 4 cylindres atmosphérique essence + moteur électrique. Puissance : 122 ch. Conso. moyenne : 3,3 l/100 km. Rejets CO2 : 76 g. Prix catalogue : 27 200 €.

Peugeot 3008 Hybrid rechargeable

Le sochalien séduit avec son habitacle original, tiré à quatre épingles, et ses prestations routières de haut niveau. La nouvelle motorisation hybride rechargeable délivre un niveau de puissance confortable. La batterie (rechargeable en 7 heures sur une prise domestique) est logée sous le plancher. Elle n’impacte donc pas le volume du coffre, c’est assez rare pour le souligner. L’autonomie en 100 % électrique est de 40 km. Reste la mise de départ élevée, d’autant que les marges de négociation sont très faibles.

Type de moteur : 4 cylindres essence suralimenté + moteur électrique. Puissance : 225 ch. Conso. moyenne : NC. Rejets CO2 : 49 g. Prix catalogue : 48 300 €.

Kia Niro hybride rechargeable

Peu médiatique, ce SUV est injustement méconnu en France. A tort, car il dispose de véritables atouts. En mouvement, sa motorisation hybride rechargeable offre un silence de cathédrale. Il affiche de plus une belle autonomie de 58 km en 100 % électrique et sa consommation est réduite. Certes, son design est passe-partout, mais il se révèle un très bon compagnon pour la famille avec un grand coffre et de l’espace. Vous pouvez obtenir jusqu’à 15 % de remise en concession.

Moteur : 4 cylindres atmosphérique essence + moteur électrique. Puissance : 141 ch. Conso. moyenne : 1,3 l/100 km. Autonomie : 58 km. Rejets CO2 : 29 g. Prix catalogue : 35 990 €.

Tesla Model 3 Grande Autonomie

Cette Tesla permet d’effectuer 560 km avec une seule charge. Un record. Avantage de Tesla : son réseau de Superchargeurs en Europe, l’un des plus denses et des plus efficaces (80 % d’autonomie récupérée en 30 minutes à une borne). En plus d’être sexy et intelligente, car totalement liée à votre smartphone, cette Model 3 est une vraie sportive (0 à 100 km/h en 4,6 s) et décroche le titre d’électrique la plus performante du marché. Inutile d’espérer un rabais en concession !

Moteur : électrique synchrone triphasé à rotor à aimants. Puissance : 275 ch. Autonomie : 560 km. Capacité des batteries : 75 kW/h. Rejets CO2 : 0 g. Prix catalogue : 59 000 €.

Mieux Vivre

Partager
Publié par
Mieux Vivre

Articles récents

Des associations proposent un calculateur pour une taxe carbone plus « juste »

Les associations défendent l'idée qu'une partie des recettes de la taxe carbone soit redistribuée via un crédit d'impôt ou un…

17/11/2019 18:52

Le service de paiement Apple Pay étudié à la loupe par Bruxelles

La Commission européenne soupçonne le géant américain d'enfreindre les règles de la concurrence avec son service de paiement mobile.

17/11/2019 18:20

Investissement immobilier locatif : comment décrocher des conditions d’emprunt optimales ?

Dans l’idéal, les mensualités de remboursement de votre crédit immobilier doivent être proches du loyer hors charges que vous pratiquerez.

17/11/2019 09:39

Immobilier : même éradiquée, la mérule doit être signalée à l’acquéreur

Un acheteur a porté son affaire en justice pour obtenir la nullité de la vente car pour lui, le fait…

16/11/2019 18:00

Le stationnement des deux-roues motorisés à Paris reste gratuit, pour l’instant

La proposition de le rendre payant déposée par l'élu de centre-droit Pierre-Yves Bournazel a été rejetée jeudi par plusieurs groupes.

16/11/2019 12:44

Le coût réel d’un bien immobilier va bien au-delà du prix d’achat, et c’est encore plus vrai dans le cadre d ‘un investissement locatif

Pour déterminer avec lucidité votre capacité financière à tenir vos engagements dans le temps, tant vis-à-vis de la banque, que…

16/11/2019 08:15