Pouvoir d’achat: vers une revalorisation d’indice pour que les tickets-restaurant suivent plus la hausse des prix

Un amendement au projet de loi de finances 2020, voté par les députés, prévoit que la part des tickets-restaurant prise en charge par les entreprises suive davantage la hausse des prix à la consommation.

Dans le cas d'un salarié qui travaille 218 jours par an et qui reçoit autant de tickets d'un montant de 10 euros, la différence aurait été de 41 euros sur l'année. Crédit: Eve Agency.

Les députés ont validé le changement d’indice de référence qui sert de base à la revalorisation de la part patronale du titre-restaurant, précise Capital. Jusque-là, il était indexé sur la première tranche du barème de l’impôt sur le revenu. Désormais, la part patronale suivra l’indice des prix à la consommation.

Doper le pouvoir d’achat de 4 millions de salariés

Dans la pratique, si les entreprises fixent librement le montant du ticket-restaurant, la loi les exonère de cotisations sociales jusqu’à 5,52 euros sur chaque titre. Avec le nouvel indice, l’évolution à la hausse de ce plafond devrait être plus rapide et, ainsi, doper le pouvoir d’achat des quelque 4 millions de salariés qui utilisent des « tickets-restau ».

Dans le cas d’un salarié qui travaille 218 jours par an et qui reçoit autant de tickets d’un montant de 10 euros, la différence aurait été de 41 euros sur l’année, sachant que l’entreprise doit prendre en charge 50 à 60% du prix du titre.

A LIRE >> C’est tendance: les « food halls », ces nouveaux temples de la gastronomie

« L’avantage du ticket-restaurant était en train de s’étioler »

« Par rapport au coût de l’alimentaire, l’avantage du ticket-restaurant était en train de s’étioler pour les salariés », commente Bénédicte Caron, vice-présidente nationale de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME).

Sur le même thème

Consommation travail

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique