Trottinettes électriques: âge minimum, équipements obligatoires… toutes les règles imposées par le Code de la route

La publication au Journal officiel, ce vendredi 25 octobre, du décret consacrant l’entrée des engins de déplacement personnel motorisés (EDPM) va mettre un terme au flou réglementaire qui entourant jusque-là leur utilisation.

En ville, le port du gilet réfléchissant et du casque ne sont pas obligatoires. Crédit: iStock.

Par engins de déplacement personnel motorisés (EDPM) la loi entend aussi bien les trottinettes électriques que les gyroroues et les hoverboards. Entre leur nombre qui va croissant dans les rues et la multiplication des accidents graves impliquant des trottinettes électriques, il était devenu urgent d’encadrer leur utilisation.

À partir de 12 ans

C’est chose faite avec la publication au Journal officiel du décret qui fait entrer les EPDM dans le Code de la route. Désormais, la vitesse maximale est fixée à 25 km/h. En cas de dépassement, vous encourez 1 500 euros d’amende. Selon Le Parisien, certains constructeurs demandent déjà la création d’une catégorie supplémentaire dans le Code de la route pour les machines allant au-delà de 25 km/h.

Les conducteurs d’EDPM devront désormais avoir au moins 12 ans. Ces engins étant conçus pour un usage exclusivement personnel, il ne sera plus question d’être à deux sur l’un d’eux sous peine de risquer un PV de 35 euros.

A LIRE >> Paris: garez bien votre trottinette électrique sinon Lime vous fera payer les frais de fourrière

Pas sur les trottoirs

Quant aux écouteurs, ils sont tout simplement interdits. Une façon d’inciter à la vigilance des usagers qui vont devoir emprunter les pistes cyclables et les routes limitées à 50 km/h. Hors agglomération, ils n’ont pas le droit de s’aventurer sur la chaussée, mais sont autorisés à emprunter les pistes cyclables et les voies vertes. Mais en ville comme ailleurs, les trottoirs sont interdits. Une amende de 135 euros est prévue en cas d’infraction.

Pour ce qui est du stationnement, il est possible sur le trottoir, mais ne doit pas gêner les piétons. À Paris, en revanche, il est cantonné aux emplacements matérialisés dédiés au stationnement payant et au stationnement des deux-roues motorisés.

Enfin, les EDPM doivent être équipés de feux avant et arrière, de catadioptres et d’un avertisseur sonore. Le port du gilet réfléchissant et du casque ne sont en revanche pas obligatoires en ville, seulement hors agglomération.

Sur le même thème

transport trottinette

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique