Sécurité routière: quand l’intelligence artificielle peut vous éviter une amende injustifiée

Un système d’intelligence artificielle, en cours de développement, permet de repérer les anomalies entre l’image flashée et les données d’immatriculation. Si une différence est constatée, l’amende n’est pas établie automatiquement.

Chaque année, des milliers d'usagers de la route reçoivent une contravention pour une infraction qu'ils n'ont pas commise. Crédit: Raphael BLOCH/SIPA

Chaque année, ils sont plusieurs milliers d’usagers de la route à recevoir dans leur boîte aux lettres une contravention qui correspond à une infraction qu’ils n’ont pas commise. Et pour avoir gain de cause, surtout si les plaques d’immatriculation ont été usurpées, c’est un parcours du combattant.

Analyser les photos

Le ministère de l’Intérieur a donc décidé de trouver un remède à ce phénomène. Un projet d’intelligence artificielle est actuellement en développement, rapporte BFMTV. Intitulé « IA Flash », il permet d’analyser les photos prises par les radars automatiques pour éviter l’établissement de contraventions erronées.

A LIRE >>> Les nouveaux super-radars vont se déployer en 2020

IA Flash compare la photo prise par le radar avec les informations disponibles dans la base de données. En cas d’erreur, l’amende n’est pas automatiquement établie. Par exemple, si IA Flash reconnaît une Peugeot 208 alors que dans la base de données, l’immatriculation renvoie vers une Renault Clio, l’intelligence artificielle mettra de côté la photo et les services de l’Etat mèneront une enquête pour démêler le vrai du faux.

Plusieurs véhicules peuvent être reconnus

Une mauvaise lecture des plaques peut être due à une « usurpation de plaque, erreur dans la confection des plaques, dysfonctionnement de la chaîne de traitement, etc », selon l’Agence nationale de traitement automatisé des infractions (ANTAI).

A LIRE >>> Sécurité routière: les radars peuvent maintenant flasher les véhicules sans assurance

Le système IA Flash peut être testé via un site internet, ce qu’a fait BFMTV. Le logiciel a été en mesure d’analyser et de reconnaître le véhicule ainsi que le fait qu’un conducteur se trouve au volant. Le modèle a été reconnu : IA Flash a indiqué qu’il y avait 71% de chance que ce soit une Renault Mégane, ce qui était bien le cas. Une photo avec plusieurs voitures a aussi été analysée avec succès. IA Flash devrait être utilisée par les services de l’Etat en charge du traitement des images prises par les radars avant la fin de l’année 2019.

Sur le même thème

Amende radars budget voiture

Réactions et commentaires

Sur la même thématique