Enedis recherche 130 000 disjoncteurs défaillants installés chez les particuliers

Le gestionnaire du réseau public d’électricité a lancé une campagne pour identifier ces disjoncteurs. Le remplacement est assuré par Enedis et est gratuit.

Plus de 300 000 disjoncteurs défectueux ont été installés. Crédit: Istock

Un disjoncteur a été installé dans votre logement entre mai 2017 et avril 2019 ? Attention, il se pourrait qu’il soit défaillant. Dans Ouest-France, Enedis, le gestionnaire du réseau électrique, explique que 302 000 disjoncteurs, des marques General Electric, Hager, Eaton et ABB présentent des défauts de fabrication. Le système de déclenchement différentiel pourrait ne pas fonctionner.

Un numéro de téléphone

Ces disjoncteurs ont donc été installés durant les deux dernières années. Enedis en a identifiés et remplacés 170 000, principalement en Bretagne et dans les Pays de la Loire. 130 000 disjoncteurs sont donc encore dans la nature et doivent être changés.

A LIRE >>> Electricité: les prix sont bien partis pour monter

Par conséquent, une grande campagne d’identification a été lancée pour repérer ces éléments défaillants. 50 000 courriers ont été envoyés durant l’été et le gestionnaire du réseau électrique a remis le couvert en octobre. Un numéro de téléphone a également été mis en place : 0 800 730 720.

Et un site internet

Les particuliers peuvent aussi trouver des informations un site internet spécial : mon-disjoncteur.enedis.fr, si vous avez reçu un courrier ou un email. Il faut donner son nom et le numéro de « point de livraison » qui se trouve sur le courrier, pour savoir si son disjoncteur est concerné par ce défaut. Dans ce cas, Enedis procède au changement gratuitement.

A LIRE >>> Electricité: comment la rénovation du réseau va se répercuter sur vos factures

Un disjoncteur défaillant peut entraîner un incendie de la maison : en effet, cette pièce permet de couper le courant en cas de danger, s’il y a un court-circuit par exemple. La défaillance du disjoncteur peut avoir des conséquences limitées dans le cas d’une installation électrique aux normes, car il existe d’autres sécurités dans le système électrique en cas d’avarie. Par contre, « s’il s’agit d’un bâtiment qui n’est pas aux normes cela peut être plus ennuyeux. Le risque le plus important est celui de l’électrocution, si le disjoncteur ne saute pas en cas de défaut d’isolement d’un fil », confie un électricien à Ouest-France.

Sur le même thème

Energie vie pratique

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique