Prime à la conversion: 253 000 personnes ont pu en profiter en 2018, le bilan est «globalement positif» selon le ministère

Mise en place pour favoriser l’abandon des voitures à motorisation thermique, au profit de véhicules moins polluants, le ministère de la Transition écologique et solidaire tire un premier bilan de la prime à la conversion pour l’année 2018.

Dans cette étude, on peut donc lire que 253 000 personnes ont bénéficié de cette prime pour changer de véhicules. Ce sont généralement des ménages ruraux, qui sont non imposables dans 72% des cas. La prime à la conversion a permis de débarrasser le parc automobile français de véhicules anciens (19 ans en moyenne), qui étaient le plus souvent équipés de moteurs diesel (80% des cas).

Réduire la facture à la pompe

Les véhicules achetés sont la plupart du temps thermiques, utilisant du gazole à 45% et de l’essence à 47%. Leur taux d’émission moyen (106 grammes de CO2 par kilomètre) est inférieur à celui de la moyenne des véhicules neufs. Seuls 2% des voitures achetées avec la prime à la conversion en 2018 étaient électriques. Achetés majoritairement d’occasion (60%), ces véhicules valent 13 200 euros en moyenne. Cependant, ce chiffre grimpe de 2 200 euros, si le ménage est imposable.

A LIRE >>> Automobile. La prime à la conversion a été toilettée : voici ce qui a changé

Changer de véhicule devient une opération rentable pour les automobilistes en raison de la prime à la conversion. En effet, le ministère a calculé que les économies réalisées en carburant par les 253 000 bénéficiaires s’élevaient à 155 millions d’euros. Aussi, changer de véhicule permet une réduction des frais d’entretien, qui s’élèvent à 75 millions d’euros.

Une opération rentable avec la prime

Sans prime, l’opération n’est pas rentable dans 92% des cas. « Il semble donc que l’intervention publique soit justifiée, car les détenteurs de vieux véhicules n’ont pas, d’après ces analyses, un intérêt individuel suffisant pour les remplacer par des véhicules récents, alors même que cela procure un gain pour la collectivité », notamment en terme de réduction de la pollution, note l’étude.

A LIRE >>> Les régions Paca et Grand Est promettent une prime à la conversion pour les biocarburants

Enfin, le ministère relève que la prime à la conversion engendre des gains pour la société. En effet, en réduisant les émissions de polluants et la consommation de carburant, le bénéfice est bien plus important en termes de coûts socio-économiques (375 millions d’euros) que ce que coûte la prime à l’Etat notamment.

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre

Articles récents

Banques : traiterez-vous encore avec un chargé de clientèle salarié à l’avenir ?

La Caisse d’Epargne va remplacer ses salariés par des conseillers indépendants dans trois agences rurales en Bretagne et dans les…

18/02/2020 16:25

Livret d’épargne: attention à ces publicités qui promettent de hauts rendements

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution recommande de consulter la liste noire des sites frauduleux avant tout engagement, ainsi…

18/02/2020 15:51

Immobilier: combien ont emprunté ceux qui ont acheté en Île-de-France ?

Les montants moyens empruntés sont à la hausse. Les acheteurs privilégient les départements de l’Essonne, des Yvelines et des Hauts-de-Seine…

18/02/2020 15:20

Pourquoi il ne faut pas comparer tous les placements au Livret A

Le Livret A possède des atouts uniques qui en font le placement d’épargne de précaution par excellence, et qui lui…

18/02/2020 13:30

Tabac: une nouvelle augmentation du prix des cigarettes est programmée pour le 1er mars

De nombreux paquets de cigarettes vont ainsi afficher un prix de vente de 10 euros tout pile, objectif que s’était…

18/02/2020 13:28

Le service Signal Conso désormais disponible dans tout l’Hexagone

Tous les consommateurs peuvent déposer leur signalement concernant un prix mal indiqué ou pour une publicité pour un crédit non…

18/02/2020 11:45