Sécurité routière: le gouvernement compte installer 1 200 radars tourelles d’ici 2020

L’objectif de l’Etat a été légèrement revu à la hausse, quant à l’installation des nouveaux super-radars tourelles. L’idée de radars leurres a été abandonnée.

Des radars tourelles ont déjà été installés dans certains départements. Crédit: Patrick SICCOLI/SIPA

Des centaines de radars automatiques ont été détruits durant l’année écoulée. Qu’à cela ne tienne ! L’Etat compte bien répliquer. Dans les colonnes du Parisien, le délégué interministériel à la Sécurité routière Emmanuel Barbe annonce que « les radars cassés sont remplacés par des radars tourelles, de nouvelle génération. 450 seront déployés d’ici fin 2019, et 1200 fin 2020 », ces radars capables de surveiller jusqu’à 32 véhicules en même temps sur 200 mètres de long.

Dépassement par la droite et usage du téléphone

Des machines capables de repérer, outre la vitesse, le défaut du port de la ceinture, un dépassement par la droite, l’usage du téléphone, un véhicule non assuré ou encore le respect des distances de sécurité.

A LIRE >>> Des centaines de super-radars nouvelle génération bientôt sur le bord des routes

Alors que l’installation des radars tourelles devait se faire avec un système de leurre, l’Etat a décidé de modifier son scénario, indique Emmanuel Barbe, dans cet article de BFMTV : « Initialement les radars tourelles devaient être déployés en 2016 sur le fonctionnement suivant: seulement un boîtier sur cinq devait contenir un radar, les autres faisant office de leurre. Finalement nous les utilisons autrement, en remplacement des radars cassés ».

300 millions d’euros en moins en 2018

Autrement dit, tous seront opérationnels. Le délégué interministériel a aussi eu un mot pour les radars embarqués privés qui vont circuler à bord de 60 véhicules banalisés en Bretagne, dans les Pays de la Loire et en Centre-Val de Loire. Les opérations vont commencer dès janvier 2020.

A LIRE >>> Les radars embarqués privés vont être déployés dans trois nouvelles régions

Les recettes des radars automatiques ont été en baisse pour la première fois en 2018, depuis leur mise en place en 2003. Entre l’obligation pour les employeurs de dénoncer les salariés qui ont commis des infractions au volant d’une voiture de l’entreprise et les dégradations de radars lors du mouvement des Gilets jaunes, le manque à gagner pour l’Etat s’est élevé à 300 millions d’euros. En 2017, les radars ont rapporté 1,013 milliard d’euros.

Sur le même thème

Amende radars Radar

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique