Se connecter S’abonner

L’arnaque au permis de conduire prend de l’ampleur en France

Certains délinquants volent les données de permis de conduire perdus et les diffusent sur Internet pour leur faire endosser toutes sortes d’infractions.

Permis de conduire apprentis jeunes
Permis de conduire apprentis jeunes

Ce pourrait être le nouveau cauchemar des automobilistes. L’arnaque au permis de conduire se développe en France, selon Le Parisien. Un mécanisme simple qui rapporte gros aux malfaiteurs. Ces derniers volent les données de permis de conduire perdus ou piratés puis les diffusent sur Internet.

Ils leur font ensuite endosser toutes sortes d’amendes, au détriment des victimes, et moyennant une rémunération. Un business lucratif quand on sait que chaque année en France, neuf millions de procès-verbaux sont dressés et que ces délinquants facturent environ la moitié du prix de l’amende à leurs clients.

De faux cabinets d’avocats ?

Si cette arnaque inquiète, c’est que les contrevenants restent très difficiles à identifier. Ces derniers sont souvent cachés derrière l’anonymat d’une messagerie cryptée ou d’annonces éphémères sur les réseaux sociaux ou les sites d’annonces en ligne. Selon Le Parisien, il existerait même de faux cabinets d’avocats sur Facebook, qui, sous couvert d’astuces juridiques, exploitent en réalité le filon.

A LIRE >>> Arnaques: la fraude à la carte bancaire explose, attention au « phishing »

Plusieurs automobilistes ont déjà été condamnés pour avoir utilisé ce moyen pour échapper à leur sanction. À Versailles, dans les Yvelines, ce sont ainsi plus de 40 dossiers qui ont été traités en deux ans. Le but : tenter de limiter au maximum le développement de cette pratique.

« Faire avouer »

Car si le phénomène reste pour le moment limité, avec 184 messages sur 163 000 reçus l’an passé sur PHAROS, les autorités craignent de découvrir des réseaux mieux organisés dans les années à venir.

A LIRE >>> Arnaque: un faux site internet des impôts neutralisé

D’autant plus que pour mettre fin à ces pratiques, les forces de l’ordre n’ont qu’une seule solution : « Convoquer tous les utilisateurs du permis identifié grâce à leur plaque d’immatriculation, leur faire avouer comment ils ont fait pour récupérer l’identité d’un homme qu’ils ne connaissent pas ».