Se connecter S’abonner

Nintendo épinglé par l’UFC-Que choisir pour un défaut de fabrication

Plusieurs détenteurs de Nintendo Switch se plaignent d‘un défaut sur le Joy-Con gauche pouvant rendre certains jeux inutilisables.

Crédit: iStock.

C’est l’une des consoles de jeux vidéo les plus populaires au monde. Mais la Nintendo Switch traverse une zone de turbulences. Vendue à plus de 41 millions d’exemplaires depuis sa sortie en 2017, dont près de trois millions en France, la console devrait cette année encore être l’une des stars de Noël.

Pourtant, la Switch et sa petite sœur, la Switch Lite, présentent un grave défaut de fabrication sur le Joy-Con, l’une des manettes détachables de la console. L’UFC-Que choisir fait ainsi état de nombreuses plaintes d’utilisateurs qui rencontrent tous le même problème : le défaut de la manette entraîne des déplacements fantômes du joystick.

Jeux inutilisables

Un défaut qui apparaît après quelques mois d’utilisation et qui touche le Joy-Con gauche. Plus ou moins prononcé selon les cas, le défaut peut rendre certains jeux inutilisables en faisant bouger un personnage tout seul, notamment. Un défaut provoqué par l’usure prématurée de plaques de carbone situées sous le joystick.

A LIRE >>> Snapchat mise sur les jeux, les séries et les partenariats

Face à ce problème, une action de groupe a déjà été lancée aux Etats-Unis. Pourtant, selon l’UFC-Que choisir « alors que Nintendo a annoncé à l’étranger être au courant de ce problème le constructeur japonais a continué de vendre ses consoles et Joy-Con en l’état »». Pire pour l’association, « sa nouvelle Switch lite souffre du même défaut, alors qu’elle n’a été commercialisée qu’à partir du 20 septembre 2019, plus de deux ans après la détection du problème ».

Mise en demeure

Enfin, l’association de consommateurs dénonce l’attitude de Nintendo dans cette affaire. Selon elle, « les signalements montrent qu’en plus de vendre ces produits malgré leur défaut de fabrication, Nintendo ne leur permet pas de bénéficier de la garantie légale de conformité de 2 ans prévue par la loi ».

A LIRE >>> Google lance son nouveau smartphone, le Pixel 4, et bientôt ses jeux vidéo en streaming

Face à cette situation, l’UFC-Que choisir a adressé une mise en demeure au constructeur de la console. Elle lui demande de « prendre en charge la réparation des consoles Nintendo Switch et Joy-Con présentant les dysfonctionnements évoqués » et à « rembourser les consommateurs ayant avancé les frais de réparation« . A noter qu’aux Etats-Unis, Nintendo prend déjà les réparations en charge gratuitement, même hors garantie.