Catégories : Budget Vie Pratique

Un élu veut faire payer le stationnement des deux-roues motorisés à Paris

L’élu de centre-droit Pierre-Yves Bournazel défend jeudi la mise en place à Paris d’un stationnement payant pour les deux-roues motorisés, responsables d’une « anarchie » sur les trottoirs, un vœu soutenu par les écologistes mais qui a peu de chance d’être adopté.

Il faut « créer 15.000 places supplémentaires, portant à 50.000 le nombre de places dédiées aux deux et trois-roues motorisés » pour « redonner de la place, de la fluidité et mieux protéger les piétons sur les trottoirs », plaide M. Bournazel, président du groupe « 100% Paris » et candidat à la mairie de Paris.

A LIRE >>> Trottinettes électriques: âge minimum, équipements obligatoires… toutes les règles imposées par le Code de la route

L' »anarchie de leur stationnement » crée un « obstacle à la bonne circulation des piétons », s’insurge l’élu qui regrette que « depuis 2014, seules 4.540 des 20.000 places annoncées par Anne Hidalgo ont été créées ».

Or, il faut « apaiser l’espace public, lutter contre la pollution et le bruit » et « accélérer la transition écologique des deux-roues motorisés (qui) sont plus polluants que les voitures », plaide l’élu dont le voeu sera analysé jeudi après-midi par les élus réunis au Conseil de Paris.

Recettes: 30 millions d’euros par an

Son groupe propose ainsi de faire payer aux conducteurs de deux-roues ou trois-roues « 0,50 euros par jour pour le stationnement résidentiel, 1,30 euro la première heure en zone centrale, 0,80 euro en zone périphérique ». 

Les recettes ainsi créées sont évaluées à « 30 millions d’euros » et permettront de « créer les nouveaux emplacements sécurisés », et de « mieux entretenir la voirie », assure-t-il dans un communiqué.

A LIRE >>> Uber va intégrer les scooters de CityScoot dans son application

« Nous slalomons sur les trottoirs pour nous frayer un chemin sur un espace public encombré », a abondé dans une tribune publiée mercredi soir le candidat (EELV) à la mairie de Paris, David Belliard. Son groupe, favorable à la mesure, estime qu' »aligner le régime des motos et scooters sur celui des voitures permettra « de faire participer les véhicules générateurs de pollution au financement de la transformation de la voirie » et de « créer de nouvelles pistes cyclables et agrandir les trottoirs ». 

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

Retraite : comment bien préparer son départ

Comment vous préparer au mieux à partir en retraite ? Plus vous anticiperez cette question et tout ce que cela…

09/07/2020 12:55

Pour les Français, être « riche » commence à 6 000 euros par mois 

76% des personnes interrogées pour le baromètre Odoxa estiment qu’il faudrait un impôt spécifique pour les Français les plus riches

09/07/2020 12:19

Epargne logement : le PEL conserve-t-il encore un intérêt ?

Le PEL a certes perdu beaucoup de son attrait. Mais si vous anticipez une remontée des taux d’intérêt à moyen…

09/07/2020 12:15

Face à la crise, le modèle des SCPI affiche sa résilience

La crise engendrée par le Covid-19 pourrait-elle faire vaciller un secteur des SCPI (Sociétés civiles de placement immobilier) dont la…

09/07/2020 12:10

Placement: 2020, une année charnière pour le marché de l’art en ligne 

Une grande majorité des acteurs de la vente d’art en ligne pense que la crise sanitaire aura des effets positifs…

09/07/2020 11:34

La Bourse de Paris sans réelle tendance

Le CAC 40 après avoir ouvert en hausse est revenu à l’équilibre en début de matinée. Les marchés adoptent de…

09/07/2020 10:31