Etudiants: pas de revalorisation des bourses, mais un numéro d’appel

Le gouvernement veut ainsi répondre à la question de la précarité étudiante et aux mobilisations qui ont secoué les campus ces derniers jours.

La ministre de l'Enseignement supérieur a annoncé la création d'un numéro d'appel pour les étudiants. Crédit : ©Istock

Le gouvernement veut plus d’écoute pour lutter contre la précarité des étudiants. C’est ce qu’a annoncé ce mardi 19 novembre sur RTL, la ministre de l’Enseignement supérieur. Frédérique Vidal a détaillé les mesures décidées par le gouvernement après des jours de contestations sur les campus.

Le sujet de la précarité étudiante est revenu au cœur de l’actualité, la semaine dernière, après l’immolation d’un étudiant de 22 ans à Lyon. Ce dernier avait perdu sa bourse en « triplant » sa deuxième année de licence.

Une « trêve hivernale »

En réponse, la ministre de l’Enseignement supérieur a donc annoncé la création d’un « numéro d’appel » au plus tard « à la fin de l’année ». Le but : informer les jeunes et « embarquer les organisations syndicales » avec le gouvernement pour informer les étudiants des aides qui existent, précise la radio.

A LIRE >>> Colocation : quelles sont les villes étudiantes les moins chères ?

Le numéro permettra notamment de « prendre rendez-vous pour voir une assistante sociale ». Par ailleurs, une « trêve hivernale » sera également appliquée dans les cités universitaires. « On ne pourra pas expulser un étudiant qui est en cité universitaire », a précisé Frédérique Vidal qui a également annoncé travailler sur un plan de déploiement pour la construction de logements étudiants.

15 millions d’aides « non consommées »

En revanche, la ministre a exclu toute augmentation des bourses à destination des étudiants. « Nous venons de les augmenter, de remettre 46 millions supplémentaires », a-t-elle détaillé sur RTL. « Sur ces 5,7 millions consacrés aux aides étudiantes sur le budget de l’Etat, il y a les aides spécifiques, les aides d’urgence ».

A LIRE >>> Le coût de la vie étudiante augmente plus vite que l’inflation

Des aides qui « ne sont pas consommées en réalité ». La ministre estime en effet qu’il reste « chaque année un peu plus de 15 millions d’euros d’aides non consommées. Cela signifie que c’est trop compliqué ». D’où la volonté du gouvernement d’un meilleur accompagnement et d’une meilleure écoute des étudiants.

Sur le même thème

Budget étudiant logement étudiant

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique