Tarifs réglementés du gaz: le montant de votre facture va encore bondir en décembre

Programmés pour disparaître en 2023, les tarifs réglementés du gaz vont subir en décembre leur seconde remontée de l’année.

Au premier semestre 2019, 62% des consommateurs de gaz avaient déjà opté pour une offre a prix de marché selon la CRE. Crédit: iStock.

Pour les plus de 4 millions de familles encore abonnées aux tarifs réglementés du gaz d’Engie, le montant de la facture du mois de décembre va encore faire un bond : +0,6% en moyenne à partir du 1er décembre, hors taxes, par rapport aux tarifs de novembre. Soit un prix consommé moyen, hors taxes et contribution tarifaire d’acheminement (CTA) de +0,3 €/MWh, précise la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

A LIRE >>> Fin des tarifs réglementés du gaz : “Ça va être saignant !”

Dans le détail, plus l’utilisation du gaz est importante, plus la hausse des tarifs réglementés se fera sentir : +0,1% qui les foyers qui n’utilisent le gaz que pour la cuisson (tarif base, 600.000 familles concernées) ; +0,3% pour la cuisson et l’eau chaude (tarif B0, 500.000 foyers) ; +0,6% pour le chauffage (tarif B1, 3 millions de foyers concernés) ; + 0,7% pour les petites chaufferies (tarif B2I).

Raison de cette poursuite de la remontée des prix : la hausse des coûts d’approvisionnement pour Engie : achat du gaz naturel aux producteurs et acheminement jusque dans l’Hexagone.

Cette hausse des tarifs réglementés est donc la seconde de l’année, après celle du mois de novembre. Il n’en reste pas moins qu’ils ont connu depuis le début de l’année un très fort repli : -11,0 % en moyenne depuis le 1er janvier 2019, calcule la CRE.

Fin des tarifs réglementés, le compte à rebours est lancé

Les tarifs réglementés du gaz disparaîtront le 30 juin 2023, car ils ont été jugés contraires au droit européen par le Conseil d’Etat. Engie a d’ailleurs cessé de les commercialiser depuis le 20 novembre dernier. Autrement dit, les quitter aujourd’hui, c’est ne plus jamais pouvoir revenir en arrière.

Reste que les plus de 4 millions de foyers abonnés à ces tarifs fixés par les pouvoirs publics vont bien être obligés de les quitter au profit d’une offre de marché où les prix sont librement fixés par les fournisseurs. Mais inutile pour eux de se précipiter, à fortiori après un démarchage téléphonique ou à domicile.  

A LIRE >>> Gaz, électricité: le public doute de l’intérêt de l’ouverture à la concurrence

Le bon réflexe : prendre le temps de comparer les offres du marché en utilisant le comparateur officiel (et exhaustif) du Médiateur de l’énergie. Ceci après avoir déterminé quels tarifs est le plus adapté à leur souhait : des tarifs fixes pour ne pas subir les futures hausses si elles ont lieu ou les tarifs indexés avec lesquels les fournisseurs garantissent toujours un pourcentage de rabais par rapport aux tarifs réglementé, quelle que soit leur évolution.

Au premier semestre 2019, 62% des consommateurs de gaz avaient déjà opté pour une offre a prix de marché selon la CRE, la moitié chez un fournisseur alternatif (EDF, Total Direct Energie, Eni…), l’autre moitié chez Engie, qui propose également des offres à prix libres.

Sur le même thème

Engie Prix de l'énergie Prix du gaz Tarifs réglementés du gaz

Réactions et commentaires

Sur la même thématique