Les concurrents d’EDF demandent plus d’électricité nucléaire bon marché qu’ils ne peuvent obtenir

Les concurrents d’EDF ont demandé beaucoup plus de l’électricité nucléaire à bon marché produite par l’acteur historique qu’ils ne peuvent en obtenir, a annoncé vendredi le régulateur, ce qui pourrait se traduire par une hausse des factures.

Les fournisseurs alternatifs – comme Engie, Total ou le suédois Vattenfall – peuvent acheter à prix fixe une certaine quantité de l’électricité nucléaire produite par EDF, dans le cadre d’un mécanisme baptisé Arenh (« accès régulé à l’énergie nucléaire historique »).

Le plafond total est fixé à 100 terawattheures (TWh) pour cette électricité à prix fixe, plutôt bon marché: 42 euros le mégawattheure, contre autour de 49 euros actuellement sur le marché de gros.

A LIRE >>> Fin des tarifs réglementés du gaz : “Ça va être saignant !”

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a annoncé vendredi soir avoir « reçu pour l’année 2020 un total de demandes de 147,0 TWh d’électricité formulées par 73 fournisseurs », soit bien plus que le plafond autorisé.

Les tarifs réglementés d’EDF augmenteraient aussi

Cet appétit s’explique par la multiplication des concurrents d’EDF, qui gagnent des parts de marché, ainsi que par leur souhait de s’approvisionner à des prix inférieurs à ceux du marché de gros. Ces fournisseurs seront servis au prorata de leur demande: chacun « recevra une quantité d’Arenh égale à 68,0 % de sa demande », indique la CRE.

N’ayant pu s’approvisionner autant qu’ils l’auraient voulu, les fournisseurs alternatifs vont maintenant devoir aller acheter à prix plus élevés les électrons qui leur manquent sur le marché de gros. 

A LIRE >>> Energie: ces fournisseurs qui coupent l’électricité et le gaz malgré la trêve hivernale

Pour compenser ce surcoût, ils risquent finalement d’augmenter leurs tarifs pour les consommateurs. Les tarifs réglementés de vente (TRV) commercialisés par EDF augmenteraient alors également: ils sont calculés pour permettre aux fournisseurs alternatifs d’être compétitifs et de pouvoir proposer des tarifs inférieurs à l’opérateur historique.

La loi énergie-climat, adoptée récemment, prévoit que le gouvernement puisse, par arrêté, relever à 150 TWh le plafond de l’Arenh. Mais le gouvernement a décidé de ne pas recourir à cette possibilité pour l’instant.

« La CRE renouvelle sa recommandation aux autorités françaises et européennes d’augmenter le plafond des volumes de l’Arenh, qui n’est plus adapté à la situation actuelle sur le marché français de l’électricité », plaide le régulateur vendredi.

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

« L’or, dans un contexte de création monétaire débridée, va tirer profit de son statut d’actif réel »

Les cours des matières premières, et notamment ceux du pétrole, sont fortement chahutés en raison de la récession mondiale qui…

03/04/2020 17:51

Arrêt maladie : envoi des justificatifs par mail bientôt possible

Depuis le début du confinement, et parfois depuis bien avant, les demandes d’arrêt de travail ont explosé pour des milliers…

03/04/2020 17:38

Coronavirus : 3.000 agences immobilières pourraient disparaître selon la Fnaim

Le principal syndicat des professionnels de l’immobilier la Fnaim tire la sonnette d’alarme. Si le gouvernement ne revient pas sur…

03/04/2020 16:58

« Les besoins de la Nation sont assurés » selon le secrétaire d’État aux transports

« Il n’y a pas de pénurie en France » a assuré Jean-Baptiste Djebbari dans Ouest France. Le secrétaire d’État…

03/04/2020 16:23

Indépendants: nouveaux critères pour suspension de loyer et droit à une aide

Les travailleurs indépendants peuvent prétendre à une suspension du paiement de leur loyer et de leurs factures d’énergie s’ils correspondent…

03/04/2020 15:19

Le confinement permet de réaliser des économies

La majorité des Français (57 %) vit le confinement comme une parenthèse selon une étude de l’Observatoire Cetelem. Résultat, ils…

03/04/2020 13:18