Se connecter S’abonner

Un VTC type Uber vous surfacture une course plus longue que prévue, comment réagir ?

Un chauffeur de Uber a voulu vous surfacturer sa prestation sous prétexte d’une durée de course trop longue en raison des encombrements ? Obligé de lui verser une somme supplémentaire quel recours pouvez-vous exercer ? Nos conseils.

Les applications VTC (voitures de transport avec chauffeur) sont des services de mise en relation entre les chauffeurs et leurs clients. Le chauffeur exerce généralement à son compte, sous forme d’entreprise individuelle, et reverse une partie du prix de la course à la centrale de réservation.

A LIRE >>> Grève du 5 décembre: pourquoi les prix des VTC et des taxis risquent d’exploser

L’un comme l’autre sont responsables de la bonne exécution des obligations résultant du contrat et doivent pour cela souscrire une assurance de responsabilité civile professionnelle. En cas de mauvaise exécution de la prestation, le client peut donc se retourner soit contre le chauffeur lui-même, soit contre la centrale.

La centrale doit apporter une preuve

Cette dernière peut toutefois s’exonérer de tout ou partie de sa responsabilité si elle apporte la preuve que l’inexécution ou la mauvaise exécution du contrat est imputable au client, à un tiers étranger à la fourniture des prestations prévues ou à un cas de force majeure (article L 3142-3 du Code des transports).

A LIRE >>> A l’approche des municipales, la gratuité des transports publics divise

Dans le cas de cette surfacturation, s’agissant du comportement du chauffeur, c’est lui qu’il faut attaquer. Si vous n’avez pas ses coordonnées, demandez-les à Uber qui sera tenu de vous les fournir.