Black Friday: l’Assemblée opte pour une mesure symbolique, sans interdiction

Un vote symbolique pour alerter sur la surconsommation: l’Assemblée s’est prononcée lundi soir contre certaines publicités « trompeuses » du Black Friday, mais sans aller jusqu’aux interdictions que réclamaient des députés en commission.

« Loin de nous l’idée de faire la leçon, c’est vraiment un amendement d’alerte », sur la communication « parfois trompeuse » du Black Friday, a expliqué la députée LREM Laurence Maillart-Méhaignerie, à propos de cette manifestation commerciale importée des Etats-Unis qui vient d’avoir lieu le 29 novembre.

A LIRE >>>Soldes d’hiver 2020: ça commence quand dans votre département ?

Initialement, les députés de la commission du développement durable, dont la non inscrite et ancienne ministre de l’écologie Delphine Batho, voulaient associer les promos du Black Friday aux pratiques commerciales « agressives », passibles d’un emprisonnement de deux ans et d’une amende de 300.000 euros au plus.

Mais le dispositif était « peu opérant », reconnaissait-on au ministère de la Transition écologique, en minimisant la portée de la mesure que la commission avait approuvée opportunément quelques jours avant le Black Friday.

La « frénésie de consommation » fustigée

En séance, en plein examen du projet de loi antigaspillage, l’Assemblée a modifié l’article concerné pour rattacher les éventuelles publicités mensongères du Black Friday à la « publicité trompeuse », déjà interdite par la loi. Mais le sujet a encore suscité de vifs débats. A droite Emmanuel Maquet (LR) a demandé de « laisser les commerçants organiser librement les opérations promotionnelles plébiscitées par les Français ».

Pour le centriste Bruno Millienne (MoDem), les « citoyens savent très bien décoder la publicité »; il existe de « vraies réductions » durant le Black Friday; et en cas de publicité trompeuse, « la loi a tout prévu, on n’a pas besoin d’en rajouter ».

Pour la députée UDI Sophie Auconie, le Black Friday « incite à l’hyper consumérisme » et profite « à des plateformes (comme Amazon) » qui « n’ont pas la fiscalité française » et qui « utilisent énormément d’emballages. » 

Fin novembre, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne avait vivement fustigé la « frénésie de consommation » générée par le Black Friday.

A droite, Eric Woerth (LR) avait dénoncé une « polémique inutile », invoquant « le droit de consommer et d’acheter ce qu’on a envie ». 

Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre avec AFP

Articles récents

Louis Vuitton reste la marque française la plus puissante

Le maroquinier de luxe creuse l'écart avec Chanel, Hermès complète le podium selon une étude qui souligne l'importance de l'exposition…

27/01/2020 20:30

Les loyers bientôt à nouveau encadrés à Lille

Après Paris, l’encadrement des loyers des logements privés devrait être de retour incessamment sous peu à Lille. Explications.

27/01/2020 19:42

Une arnaque à l’énergie solaire qui a rapporté 1 milliard de dollars devant la justice

Un couple d'escrocs à l'énergie solaire a récolté un milliard de dollars… pour financer son train de vie fastueux.

27/01/2020 19:34

Calendrier du Brexit : les prochaines étapes du grand départ du Royaume-Uni

La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne est programmée le 31 janvier 2020, mais le chemin sera encore long avec…

27/01/2020 18:06

Le gouvernement veut interdire le démarchage téléphonique en matière de rénovation énergétique

L'ambition du gouvernement de rénover 500.000 logements par an a favorisé l'émergence de pratiques abusives qu’il entend désormais stopper.

27/01/2020 17:13

Les marchés dévissent face aux inquiétudes sur le coronavirus

Ce sont tous les indices mondiaux qui vacillent alors que la propagation du coronavirus chinois se poursuit. Certains secteurs étant…

27/01/2020 17:02