Se connecter S’abonner

Taxi: ce qu’il faut savoir alors que les arnaques prolifèrent avec la grève

Certains chauffeurs de taxi n’hésitent pas à bafouer les règles pour facturer indûment les passagers. Passage en revue de la réglementation.

La grève dans les transports en commun, une aubaine pour les chauffeurs de taxi et notamment pour les plus malhonnêtes. Le journal Le Parisien a compilé une série de témoignages de personnes qui se sont fait avoir ces derniers jours lorsqu’ils ont voulu prendre un taxi alors que le métro était quasiment à l’arrêt complet.

Des forfaits pour les aéroports

Un jeune homme raconte que, alors qu’il venait d’arriver à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle et qu’il était à la recherche d’un taxi, un homme lui a proposé de monter à plusieurs reprises dans une voiture. Il facturait la course vers la capitale 50 euros par passager, arguant que son taxi travaillait à perte avec la circulation difficile et les grèves.

A LIRE >>> Un VTC type Uber vous surfacture une course plus longue que prévue, comment réagir ?

Un tarif illégal : en effet, à Paris, des forfaits existent pour les courses reliant Paris aux aéroports d’Orly et de Roissy. Depuis la rive droite, il en coûte 35 euros pour aller à Orly et 50 euros pour aller à Roissy. Depuis la rive gauche, le tarif est de 30 euros pour aller à Orly et 55 euros pour Roissy. Et ce, qu’importe le nombre de passagers dans la voiture.

D’autres usagers racontent que leur chauffeur a tenté de négocier un tarif avant de débuter la course ou qu’il a mis quand même le compteur en route alors que la prestation est forfaitaire, ce qui fait augmenter considérablement la course.

A LIRE >>> Grève: à quels remboursements avez-vous droit? 

Tarifs réglementés

Les tarifs des taxis sont réglementés par l’Etat, en maraude comme en réservation, indique le site de la Répression des fraudes. Ces tarifs sont des maximums, le chauffeur peut juste consentir à un rabais sur le prix. Dans le prix payé par le passager, il y a plusieurs composantes : la prise en charge (plafonnée à 4,10 euros) et le prix du kilomètre parcouru (1,10 euro et jusqu’à 1,60 euro à Paris, selon la tranche horaire, si c’est la nuit, l’heure de pointe, un jour férié). Des suppléments peuvent être facturés pour la prise en charge d’un passager supplémentaire (au-delà du cinquième) ou pour une réservation à l’avance.

A LIRE >>> Coût des trajets centre-ville – aéroport en taxi : de fortes disparités entre les grandes villes d’Europe

Le site service-public.fr indique qu’une affichette où figurent tous les tarifs, doit être obligatoirement apposée dans le véhicule. Par ailleurs, le conducteur n’a pas le droit de refuser un paiement par carte bancaire. Et il doit remettre obligatoirement au passager une facture, issue de l’imprimante connectée au taximètre, dès que la course dépasse 25 euros. En dessous de ce montant, elle est facultative. Cette note renseigne tous les éléments qui pourront être nécessaires en cas de réclamation.

Enfin, un taxi officiel doit avoir un numéro d’identification sur la carrosserie, sur l’aile avant droite, et un « totem » sur le toit.