Se connecter S’abonner

Budget: les chèques-vacances, un bon moyen pour alléger considérablement vos frais durant vos congés

De nombreux salariés français peuvent bénéficier de ce moyen de paiement qui est accepté par plus de 170.000 professionnels du tourisme pour régler une partie, voire la totalité des dépenses.

Vous souhaitez vous offrir un séjour reposant mais ne comptez pas vous mettre dans le rouge pour autant ? Sachez que selon votre situation personnelle, vous pouvez profiter de chèques-vacances. Ceux-ci présentent de nombreux avantages, comme le rappelle RTL, selon les données fournies par l’Agence nationale des chèques vacances (ANCV).

Au moins deux ans de validité

Les chèques vacances permettent ainsi de régler tout ou partie de vos dépenses, comme les frais d’hébergement, de restauration et de loisirs, qui ont tendance selon les destinations choisies, à plomber votre budget. Acceptés par plus de 170.000 professionnels du tourisme, ils peuvent s’avérer salutaires.

A LIRE >>> Vacances: ces destinations qui vous coûtent de plus en plus cher

Comme les tickets restaurant physiques, les chèques-vacances prennent la forme de coupons d’un montant de 10, 20 ou 50 euros. Ils s’utilisent tels des billets de banque mais la monnaie n’est pas rendue, il faut donc faire l’appoint. En plus de l’année de leur émission, ils sont valables deux ans et peuvent même s’échanger directement en ligne si le vacancier n’en a pas fait usage avant échéance.

Quels sont les critères pour les percevoir ?

Salariés du secteur privé, comme du secteur public, vous pouvez obtenir ces précieux sésames, délivrés sur des critères sociaux applicables à tous . Si vous êtes salarié du privé, il vous faudra passer par l’intermédiaire de votre employeur quelle que soit la taille de votre entreprise. Vous pouvez aussi vous adresser à votre Comité d’Entreprise. Attention cependant, rien n’oblige l’employeur à en attribuer à ses salariés, précise le site Droit-finances, mais s’il le décide, il devra fixer les modalités d’attribution par un accord de branche ou d’entreprise.

Les chèques-vacances doivent être payés en partie par l’employeur et en partie par le salarié. Les conditions de participation des deux parties sont définies par l’employeur ou le CE. L’apport de l’employeur ne peut dépasser un certain seuil, fixé selon le niveau de rémunération du salarié bénéficiaire, comme le précisent dans le détail le site du ministère de l’Economie et des Finances et le portail service-public.fr. Il existe trois types de participation pour l’utilisateur : le don sec, la participation, l’épargne.

A LIRE >>> Forfaits touristiques: ce qu’il faut savoir avant de réserver vos vacances

Dans la fonction publique d’Etat, la fonction publique Territoriale ou Hospitalière (hormis les agents de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris), les agents titulaires et non titulaires, actifs ou retraités, peuvent y prétendre selon une condition de ressources. Par ailleurs, les travailleurs non-salariés (professions libérales, auto-entrepreneurs) y ont également droit.

Les Caisses d’allocations familiales (Caf) ont la possibilité de leur côté de fournir des chèques-vacances à leurs allocataires. Certains jeunes de 18 à 25 ans peuvent également les toucher dans le cadre du programme Départ 18 : 25 déployé par l’ANCV avec le soutien du ministère en charge du Tourisme et choisir eux-mêmes leur séjour sur le site internet partenaire depart1825.com.