Le gouvernement choisit une diminution du bonus écologique en 2021 et 2022

Le ministère de la Transition écologique a annoncé que le montant du bonus écologique pour l’achat d’un véhicule électrique serait revu à la baisse en 2021 et 2022.

Pour 2020, l'objectif consiste à doubler le nombre de véhicules soutenus et de le porter à 100.000, Crédit: iStock.

Le décollage du marché du véhicule électrique est « compromis » par « l’incohérence des choix » du gouvernement qui vient d’annoncer la diminution en 2021 et 2022 du bonus écologique accordé à l’achat de ces véhicules, déplore mercredi la Plateforme automobile (PFA). 

Le gouvernement « n’est pas au rendez-vous de ses engagements », alors qu’il s’est « engagé à maintenir un niveau soutenu de bonus (…) et accélérer le déploiement des infrastructures de recharge », regrette dans un communiqué cet organisme qui défend les intérêts de la filière automobile en France.

A LIRE >>>Budget auto: le malus pourra atteindre 20 000 euros

« On ne peut dès lors qu’être frappé par l’incohérence des choix qui sont faits aujourd’hui: comment peut-on, d’un côté, plaider l’exigence et l’accélération de la trajectoire en Europe, et de l’autre, en France, ne pas se donner les moyens de ses ambitions? », s’interroge-t-elle encore.

Le ministère de la Transition écologique a annoncé mardi que le montant du bonus écologique pour l’achat d’un véhicule électrique, actuellement fixé à 6.000 euros, serait revu à la baisse en 2021 et 2022.

A LIRE >>>Voiture électrique: un site internet pour répondre à toutes les questions que l’on se pose

Des ventes 5 fois supérieures d’ici à 2022

« Avec un durcissement sans précédent du malus qui ne se traduit, en contrepartie, que par un bonus réduit a minima à horizon 2022, c’est la double peine pour le consommateur. Au total, le grand risque est que tout le monde soit perdant: l’industrie, l’écologie et le pouvoir d’achat des Français », critique Luc Chatel, le président de PFA.

Un contrat stratégique signé en mai 2018 prévoit que les ventes de véhicules électriques soient multipliées par cinq d’ici à 2022.  Près de 40.000 véhicules électriques ont bénéficié du bonus en 2018 et 50.000 en 2019.

Les véhicules à propulsion électrique ont représenté 1,43% des immatriculations de voitures particulières neuves en France en 2018, selon le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). Sur les 11 premiers mois de 2019, cette proportion a atteint 1,9%.

A LIRE >>>Transformer son véhicule thermique en voiture électrique contre quelques milliers d’euros: connaissez-vous le rétrofitage?

Pour 2020, l’objectif consiste à doubler le nombre de véhicules soutenus et de le porter à 100.000, en allouant un budget global de 400 millions d’euros.

En 2021, cette enveloppe sera maintenue afin de soutenir cette fois 130.000 véhicules. L’année suivante, l’aide sera ramenée à 340 millions d’euros, mais étendue à destination de 160.000 véhicules.

Pour expliquer la baisse des aides, le ministère anticipe la baisse attendue des prix des véhicules électriques à la faveur de la montée en puissance de la production de batteries.

Sur le même thème

Bonus-malus Budget automobiliste Voiture électrique

Réactions et commentaires

Sur la même thématique