Se connecter S’abonner

Voitures d’occasion: attention aux compteurs trafiqués et aux faux kilométrages

Chaque année, plusieurs centaines de milliers de véhicules d’occasion sont vendus alors que leur compteur ne reflète pas l’usage qui en a été fait.

voiture
Les problèmes énumérés dans le contrôle technique ou visibles facilement (carrosserie, éclairage, signalisation sonore ou lumineuse), ne sont pas considérés comme des vices cachés. ©Istock

Lors de votre prochain achat d’un véhicule d’occasion, redoublez de vigilance. En effet, il y a des chances pour que le compteur kilométrique ait été trafiqué et que ce qu’il affiche ne soit pas représentatif de la réalité. Selon Fabien Cohen-Solal, fondateur d’Autorigin, un site Internet qui permet de découvrir l’historique d’un véhicule, « au moins 10 % des voitures vendues chaque année n’affichent pas le vrai kilométrage. Ce qui représente 600 000 » véhicules, déclare-t-il au Parisien.

Comme l’indique le quotidien, des boîtiers électroniques permettent de trafiquer les compteurs kilométriques des voitures récentes. Vendus environ 150 euros, ils sont trouvables sur Internet. Par conséquent, il est recommandé de privilégier les grandes enseignes qui revendent des voitures, de vérifier l’historique du véhicule sur des sites Internet comme Histovec (site du ministère de l’Intérieur), Autorigin ou Certificare (les données sont collectées auprès des constructeurs, des distributeurs ou encore des assureurs), et de demander au vendeur toutes les factures et les documents officiels.

A LIRE >>> Budget auto: le malus pourra atteindre 20 000 euros

Adopter un cadre juridique européen

Il est préconisé aussi de faire attention aux voitures importées. D’après MoneyVox, qui cite les chiffres d’un eurodéputé allemand, 5% à 12% des véhicules d’occasion vendus sur les marchés nationaux et entre 30% et 50% des véhicules vendus d’un pays à l’autre au sein de l’Union européenne comportent des compteurs kilométriques trafiqués pour faire apparaître moins de kilomètres que ceux réellement parcourus.

A LIRE >>> Automobile: l’électrique coûte de plus en plus cher

A la suite de cette étude, les eurodéputés ont demandé à la Commission européenne de réfléchir à la mise en place d’un cadre juridique pour l’enregistrement des données kilométriques lors des contrôles techniques ou des visites d’entretien. Un système qui existe déjà en Belgique, par exemple.