Se connecter S’abonner

Alimentation: pourquoi vous ne trouverez plus de légumes bio d’été français sur les étals cet hiver

Jusqu’au 30 avril, tomates et poivrons français n’ont plus le droit d’être vendu en France et à l’étranger. Une mesure pour limiter l’utilisation de serres chauffées.

Adieu courgettes, poivrons, tomates : depuis le 21 décembre et jusqu’au 30 avril, ces légumes d’été, issus de l’agriculture biologique française, n’ont plus le droit d’être sur les étals. Une mesure prise par le Comité national d’agriculture biologique (Cnab) pour changer les habitudes des consommateurs et surtout faire du bien à la planète.

En effet, cultiver des concombres ou des aubergines alors qu’il ne fait que quelques degrés dans l’atmosphère nécessite des serres chauffées, ce qui n’est pas sans conséquence sur les émissions de carbone. Ainsi, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) considère que la production d’une tomate avec ce type d’installation émet sept fois plus de gaz à effet de serre que la même tomate cultivée en plein mois de juillet, écrit Le Figaro.

A LIRE >>> Alimentation: quand les coquilles Saint-Jacques sont gonflées avec de l’eau

Concurrence européenne

Si la commercialisation est interdite (en France comme à l’étranger), la culture ne l’est pas. De plus, les serres chauffées construites après le 1er janvier 2020 devront être alimentées en énergies renouvelables. Celles déjà construites ont jusqu’en 2025 pour changer de mode de production de chaleur.

Pour Jonathan Chabert, de la Confédération paysanne, interrogé par RMC, « l’interdiction est une première étape. Les producteurs sous les systèmes de serres chauffées doivent maintenant être accompagnés et bénéficier d’une aide pour sortir du chauffage. Moins de surface de serres chauffées, cela ne veut pas dire moins de producteurs donc il faut absolument les accompagner pour qu’ils sortent dans de bonnes conditions ».

A LIRE >>> Alimentation: sur 30 000 produits analysés, près de trois-quarts contiennent des additifs

Cependant, les légumes d’été bios issus d’autres pays comme l’Espagne ou l’Italie ne sont pas frappés de cette interdiction, ce qui n’est pas une bonne nouvelle pour la planète, entre les serres chauffées et le transport pour venir sur les étals français.