Automobile: les pièces détachées d’occasion sont encore rarement proposées par les garagistes

Les garagistes n’ont pas encore pris l’habitude de proposer aux automobilistes des pièces détachées d’occasion, qui sont bien moins chères que les neuves.

Les garagistes doivent obligatoirement proposer des pièces détachées d'occasion. Crédit: SIPA

C’est pourtant une obligation depuis 2017 : les garagistes sont tenus de proposer aux automobilistes qui viennent faire réparer leur voiture des pièces d’occasions certifiées ou au moins des pièces reconditionnées (remises à neuf). Pourtant, deux ans après l’entrée en vigueur de cette réglementation, nombreux sont les réparateurs à ne pas la respecter. C’est ce qui ressort d’une enquête publiée par le magazine 60 Millions de consommateurs.

Insister auprès de son garagiste

Près de 300 professionnels ont été contactés pour cette enquête : des garagistes indépendants comme des concessionnaires ou des carrossiers affiliés aux marques. L’association leur a demandé un alternateur pour une Renault Clio III. 70% des professionnels ont ainsi proposé une pièce de réemploi, mais ils sont en fait 68% à mettre en avant une pièce reconditionnée et 2% une pièce purement d’occasion (qui est bien moins chère que l’autre).

A LIRE >>> Pièces de carrosserie : la France priée de booster le pouvoir d’achat des automobilistes

Dans ce cas, la pièce d’occasion permet d’économiser 161 euros, alors que la pièce reconditionnée ne permet qu’un gain de 50 euros par rapport à une pièce neuve. Le magazine de l’Institut national de la consommation recommande donc d’insister auprès de son garagiste, pour faire de substantielles économies.

Une habitude à prendre

Alors qu’il n’y a pas de problème de disponibilité des pièces d’occasions, 60 Millions de consommateurs se demande si elles sont bien référencées et si les garagistes peuvent y avoir facilement accès. Ce qui pourrait expliquer pourquoi elles sont peu mises en avant.

A LIRE >>> Recyclage des pièces détachées: quand une voiture mise à la casse a toujours de la valeur

Par ailleurs, l’utilisation de pièces de seconde main ou reconditionnées n’est pas encouragée car les exceptions à leur utilisation sont nombreuses. Si les délais pour obtenir ce type de pièce sont trop longs par exemple, le réparateur peut utiliser des pièces neuves sans se poser plus de questions.

« Quand le client réclame, il obtient une pièce de réemploi. Les garagistes disposent d’outils comme des logiciels qui référencent les pièces disponibles et permettant de les commander. Mais dans les grandes enseignes notamment, ils ne les utilisent pas. L’habitude n’est pas prise », indique à BFMTV Fanny Guibert, l’autrice de l’enquête.

Sur le même thème

budget voiture vie pratique

Réactions et commentaires

Sur la même thématique