Se connecter S’abonner

Fraudes: des blocs de foie gras gonflés à l’eau vendus pour les fêtes

Selon une étude de la répression des fraudes, de nombreux établissements ne respectent pas les règles d’étiquetage et trompent le client.

Le produit star des fêtes de fin d’année fait l’objet de vastes tromperies sur sa composition. Une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), menée en 2018 et rendue publique en ce mois de décembre, révèle que plusieurs blocs de foie gras ont été gonflés à l’eau.

Près de 70 établissements ont été contrôlés, détaille franceinfo et 31% d’entre eux présentaient au moins une anomalie. La répression des fraudes a contrôlé aussi bien des exploitations agricoles que des supérettes ou des établissements industriels.

Tromperie sur l’étiquette

Sur les 21 blocs de foie gras testés par la DGCCRF, neuf dépassent le taux maximal d’eau autorisé par la réglementation, soit 10%. L’enquête révèle également que trop de racines de plume (sicot) ont été retrouvées dans certains plats à base de confit de canard. Des problèmes qui touchent également les produits labélisés Indication géographique protégée (IGP). Cinq des six foies gras étudiés se sont révélés non conformes pour des problèmes d’excès d’eau.

A LIRE >>> Noël: avez-vous offert des jouets sans risques pour les enfants?

Plusieurs marques apposent également sur leurs produits des étiquettes de nature à tromper le consommateur, ajoute BFMTV. 14,5% des établissements contrôlés sont concernés. De nombreuses étiquettes portent en effet la mention « pâté au foie gras » ou « mousse au foie gras ». Des appellations interdites, le terme foie gras étant réservé aux produits dont l’unique matière première est le foie gras.

Moins de 1% d’ADN d’oie

Au total, les agents de la DGCCRF ont rédigé 12 avertissements et six injonctions. Quatre dossiers contentieux pénaux ont été transmis aux parquets pour, notamment, pratiques commerciales trompeuses, tromperies sur l’origine fermière ou sur l’espèce.

A LIRE >>> Fêtes de fin d’année: ces produits alléchants qui ne sont pas toujours ce que l’on croit

Les analyses de recherche des espèces réalisées sur des prélèvements de blocs de foie gras, de foie gras d’oie entiers et de produits de charcuterie contenant du foie gras ont en effet révélé un taux d’anomalie de 15%, l’un des prélèvements contenait même moins de 1% d’ADN d’oie.