Se connecter S’abonner

Ces produits ou entreprises qui ont ulcéré les consommateurs en 2019

Le magazine 60 millions de consommateurs décerne dans son numéro de janvier 2020 ses « Cactus de la conso ». La SNCF hérite du cactus d’or.

Crédit: iStock.

Pour dresser ce qu’il nomme son « palmarès du pire », le mensuel explique s’être appuyé sur les plaintes parvenues à sa rédaction et avoir décortiqué les sujets les plus litigieux traités dans son journal. Objectif affiché : piquer au vif les lauréats et les inciter à améliorer leurs piètres performances.

Le cactus d’or pour la SNCF

La compagnie ferroviaire embourbée dans la grève contre la réforme des retraites se voit attribuer le prix de l’entreprise « ayant le plus gâché la vie des consommateurs », a détaillé Lionel Maugain, journaliste de la rédaction du magazine, sur Franceinfo. Elle détrône Engie qui avait été épinglée en 2018. Trois principaux reproches sont faits à la SNCF : sa politique tarifaire non avantageuse, ses problèmes de ponctualité et d’accès aux guichets.

Selon 60 millions de consommateurs qui s’appuie sur les données du voyagiste allemand GoEuro, « la SNCF est la 5e compagnie la plus chère sur 36 pays d’Europe ». Quant à la ponctualité, « la SNCF pointe à la 11e place sur 13 au classement », selon la plateforme européenne des infrastructures ferroviaires Prime.

La Fnac et Vinted épinglés

Autre entreprise pointée du doigt dans ce classement : la Fnac, qui hérite du cactus de la pire pratique en attribuant de force une assurance à ses clients qui achètent un téléphone, un ordinateur ou une tablette. Ceux-ci s’engagent sans signer de document avec un assureur qui peut prélever sur leur compte jusqu’à 26 euros par mois s’ils ne pensent pas à résilier leur contrat dont la gratuité court sur un mois à compter de la date d’achat.

A LIRE > Connecté, responsable, versatile: voici le portrait robot du consommateur de 2020

Colis abîmés ou vides, escrocs en pagaille… le site Vinted qui permet de vendre soi-même ses vêtements sans aucun frais mais n’apporte aucune garantie se voit décerner de son côté le cactus de la défaillance. Le service après-vente s’avère inefficace, selon 60 millions de consommateurs.

La Nintendo Switch trop fragile

« Carte mère défectueuse, alimentation hors circuit, dysfonctionnement du joystick »… Le cactus du produit trop fragile revient à la console Nintendo Switch, tandis que la célèbre marque japonaise est accusée de faire payer au prix fort (230 euros, 300 euros avec manette) les réparations au mépris de la garantie légale de conformité.

A LIRE > Nintendo épinglé par l’UFC-Que choisir pour un défaut de fabrication

En novembre dernier, l’association de défense des consommateurs UFC-Que-Choisir avait d’ailleurs pointé un souci d’obsolescence programmée des manettes Joy-Cons de la marque nippone, menaçant Nintendo d’une plainte, et la mettant en demeure « de réparer gratuitement » les produits mis en cause.