Les forces de l’ordre mobilisées « pour qu’il n’y ait pas de blocages de dépôts » de carburants

Le Premier ministre a indiqué qu’il a demandé au préfet de mettre tout en œuvre afin que les dépôts pétroliers ne subissent pas de blocage pour éviter les pénuries.

Si "le droit de grève est parfaitement respectable et constitutionnel", "le droit de blocage est parfaitement illégal, a affirmé le Premier ministre. Crédit: GILE Michel/SIPA

Edouard Philippe a indiqué mardi qu’il avait demandé aux préfets de mobiliser les forces de l’ordre « pour faire en sorte qu’il n’y ait pas de blocages de dépôts » de carburants ou de raffineries, au 34e jour de mobilisation contre la réforme des retraites.

A LIRE >>>Carburants: les prix à la pompe poursuivent leur hausse

« Nous veillons à ce qu’il n’y ait pas de difficultés d’approvisionnement », a souligné le Premier ministre sur RTL, et « je ne redoute pas du tout des problèmes d’approvisionnement », a-t-il assuré, alors que la CGT de la chimie a appelé à bloquer raffineries, terminaux pétroliers et dépôts de carburant de mardi à vendredi.

« Un ou deux dépôts ont été bloqués »

Si « le droit de grève est parfaitement respectable et constitutionnel », « le droit de blocage est parfaitement illégal, donc il n’est pas légal de bloquer des dépôts », a-t-il insisté, en remarquant que sur les 200 dépôts pétroliers français, « un ou deux ont été bloqués ».

A LIRE >>> Retraites: le gouvernement à la recherche d’un compromis

Évoquant une autre « situation illégale », celle d’agents de la SNCF ou de la RATP « qui souhaiteraient se placer en arrêt maladie pour faire grève », il a dit avoir « demandé à la SNCF et à la RATP d’accélérer et d’accroître leurs contrôles » sur ces arrêts.

Sur le même thème

Budget automobiliste

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique