Se connecter S’abonner

Réforme des retraites: la grève va-t-elle provoquer une pénurie de billets dans les distributeurs ?

La CGT a appelé les salariés de la Banque de France à mener une grève "reconductible bloquante" à compter du lundi 13 janvier.

étrennes
Crédit: iStock.

C’est au tour des salariés de la Banque de France d’entrer dans le mouvement contre la réforme des retraites. La CGT a appelé à une grève « reconductible bloquante » à compter du lundi 13 janvier. Les deux centres fiduciaires concernés sont La Courneuve en Île-de-France et Sainghin-en-Mélantois dans le Nord, détaille BFMTV.

Ces deux centres traitent plus du quart des billets du pays. Ils font partie du réseau de caisses de la Banque de France, grâce auquel elle assure l’entretien des pièces et des billets et gère leur bonne circulation. En bloquant ces sites, la CGT souhaite perturber l’approvisionnement des distributeurs automatiques de billets à travers l’Hexagone.

Pas de répercussion à court terme

Le secrétaire national de la CGT Banque de France a ainsi expliqué : « c’est nous qui assurons la qualité des billets qui sortent de notre centre fiduciaire à Paris et à Lille. Sur l’ensemble de l’Île-de-France et des Hauts-de-France, à part Amiens, il n’y aura plus de billets qui sortiront des caisses de la Banque de France. Donc, petit à petit, les distributeurs automatiques de billets risquent de se tarir puisque [la Banque de France] est obligée d’alimenter les distributeurs avec des billets de qualité ».

A LIRE >>> Des distributeurs de billets indépendants des banques pour lutter contre la désertification bancaire

Selon Les Échos, le centre de La Courneuve traite chaque année près d’un milliard de billets usagés. 300 millions son traités sur le site de Sainghin-en-Mélantois. Pour autant, la Banque de France affirme que ce mouvement ne devrait pas avoir de répercussion à court terme.

Risque de contagion

L’établissement compte en effet 37 sites fiduciaires en France. « J’imagine que les autres centres viendront alimenter les besoins de la région Île-de-France », a indiqué à BFMTV Serge Maitre, le président de la Fédération des banques (FUB). Selon lui « il faut […] un mois, un mois et demi, avant que des difficultés commencent à apparaître ».

A LIRE >>> Retraites: compromis en vue avec les réformistes mais pas d’arrêt immédiat de la grève

La Banque de France a assuré aux Échos que des mesures avaient été prises pour « assurer la continuité de fonctionnement » et « éviter toute pénurie de cash ». Reste que le mouvement pourrait s’étendre à d’autres centres fiduciaires. La CGT a appelé les syndicats des 37 autres sites à se mobiliser. Les personnels craignent de voir leur retraite diminuer avec le système universel par points.