Commerce en ligne: ce qui est prévu pour améliorer les droits des consommateurs

De nouveaux droits pour les consommateurs : une directive européenne a fait son apparition dans le journal officiel de l’Union fin décembre. Nommée « Omnibus », elle doit être transcrite dans le droit français au plus tard le 28 novembre 2021.

Comme le détaille le site internet de l’association UFC-Que choisir, le texte rend obligatoire plusieurs mentions sur les sites de commerce en ligne qui accueillent des marketplaces, c’est-à-dire que des vendeurs tiers (professionnels comme particuliers) peuvent utiliser le site de la marque pour vendre des produits. C’est le cas d’Amazon, la Fnac, Darty, Cdiscount…

A LIRE >>> E-commerce: quand les vendeurs des marketplaces fraudent massivement la TVA

Encadrer les prix « personnalisés »

Une fois que la directive sera appliquée en France, le fait que le vendeur soit un pro ou non devra obligatoirement être affiché. Si c’est un particulier, un message devra avertir que le consommateur ne pourra pas profiter du droit de rétractation ou de la garantie légale de conformité sur le produit acheté. Egalement, les entreprises qui effectuent la livraison, le retour et autres services devront être indiquées. Enfin, un contact devra être renseigné, que le consommateur peut saisir en cas de litige.

A LIRE >>> Signal conso : un nouvel outil pour signaler les fraudes dans les commerces

La directive doit aussi encadrer les promotions effectuées par les marchands en ligne. Ainsi, comme on a pu le voir pendant le Black Friday, certains n’hésitent pas à prendre un prix particulièrement élevé comme celui conseillé par le fabricant, le barrer, et appliquer un nouveau prix pour faire croire à un rabais important. Ce ne sera plus possible : le prix de référence devra être le prix le plus bas sur les 30 jours précédant la promotion.

A LIRE >>> Les outils en ligne gratuits pour réaliser de vraies bonnes affaires

Par ailleurs, le texte européen veut encadrer les prix « personnalisés » (c’est-à-dire utiliser des algorithmes pour changer le prix selon les actions du consommateur, s’il est déjà venu sur le site ou non par exemple). Si le vendeur utilise cette technique, cela devra être indiqué clairement.

Rédaction Mieux Vivre

Partager
Publié par
Rédaction Mieux Vivre

Articles récents

Banques : traiterez-vous encore avec un chargé de clientèle salarié à l’avenir ?

La Caisse d’Epargne va remplacer ses salariés par des conseillers indépendants dans trois agences rurales en Bretagne et dans les…

18/02/2020 16:25

Livret d’épargne: attention à ces publicités qui promettent de hauts rendements

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution recommande de consulter la liste noire des sites frauduleux avant tout engagement, ainsi…

18/02/2020 15:51

Immobilier: combien ont emprunté ceux qui ont acheté en Île-de-France ?

Les montants moyens empruntés sont à la hausse. Les acheteurs privilégient les départements de l’Essonne, des Yvelines et des Hauts-de-Seine…

18/02/2020 15:20

Pourquoi il ne faut pas comparer tous les placements au Livret A

Le Livret A possède des atouts uniques qui en font le placement d’épargne de précaution par excellence, et qui lui…

18/02/2020 13:30

Tabac: une nouvelle augmentation du prix des cigarettes est programmée pour le 1er mars

De nombreux paquets de cigarettes vont ainsi afficher un prix de vente de 10 euros tout pile, objectif que s’était…

18/02/2020 13:28

Le service Signal Conso désormais disponible dans tout l’Hexagone

Tous les consommateurs peuvent déposer leur signalement concernant un prix mal indiqué ou pour une publicité pour un crédit non…

18/02/2020 11:45