Comptes bancaires à deux euros: que valent-ils vraiment ?

Ils se nomment Eko, Enjoy, Essentiel, Kapsul… Depuis 2017, ils fleurissent au sein des grands établissements bancaires français et ne présentent pas tous les mêmes avantages.

La Société Générale lance Kapsul, son compte bancaire à deux euros, lundi 27 janvier 2020. Crédit: iStock

Pour vous aider à y voir clair parmi l’offre low cost des banques françaises devenue pléthorique, MoneyVox a établi son comparatif des comptes d’entrée de gamme à 2 euros par mois : Eko (lancé fin 2017 par le Crédit Agricole), Enjoy (introduit à la rentrée 2018 par la Caisse d’Epargne), Essentiel (du réseau LCL, né au printemps 2019), Ma French Bank (de La Banque Postale, disponible depuis l’été 2019), et Kapsul, de la Société Générale, qui débarquera ce lundi 27 janvier.

Il faut ajouter à cette liste le compte Nickel, qui coûte 20 euros l’année, s’ouvre dans les bureaux de tabac et avait déjà séduit 1,5 million de personnes fin 2019. Il n’est adossé à aucune enseigne connue.

Pour 2 euros par mois, le strict minimum ?

La totalité de ces comptes bancaires bon marché s’organisent autour d’une base identique, note le site spécialisé : l’absence de découvert autorisé, une carte internationale Visa ou Mastercard à débit immédiat et autorisation systématique, ainsi qu’une application mobile. L’essentiel, en somme, pour une clientèle souhaitant exercer un strict contrôle sur son budget.

A LIRE > Moins chères et faciles d’accès, les néobanques séduisent de plus en plus les Français

Plusieurs critères permettent donc de faire le tri, à commencer par la possibilité d’avoir un carnet de chèque. Avec Nickel et Ma French Bank, il faut faire une croix dessus. Entrent ensuite en ligne de compte les plafonds de paiement et de retrait. Le bonnet d’âne revient ici au compte Kapsul, dernier entrant sur le marché, avec un maximum de 1.000 euros de dépenses mensuelles autorisées et 300 euros de retraits d’espèces par semaine. En comparaison, avec Eko et Enjoy, 1.200 euros de dépenses et 300 euros de retraits sont possibles. Avec Nickel, ce sera respectivement 1.500 et 300 euros tandis qu’avec Essentiel, on grimpe à 2.500 et 700 euros. Enfin, Ma French Bank tire son épingle du jeu en permettant 3.000 euros de dépenses mensuelles et 1.000 euros de retrait hebdomadaire.

Quels surcoûts ?

Pas de risque de surfacturation avec les comptes à deux euros, qui contrairement aux produits bancaires traditionnels ne comportent aucun service inutile. En revanche, les retraits d’espèces peuvent donner lieu à un surcoût éventuel, qu’ils soient faits dans la zone euro ou en dehors.

A LIRE > Frais bancaires: les établissements où ils explosent en 2020

Il n’y a qu’avec Ma French Bank que les retraits sont gratuits dans tous les distributeurs en France, en Europe et à l’étranger. Avec Eko, Essentiel et Enjoy, la facture sera très salée. Tous les montants sont détaillés ici.

L’agence, LE vrai point fort

Le réel avantage à garder en tête lorsque l’on souhaite choisir parmi les nombreux comptes à 2 euros, c’est l’appui – ou non – des grands établissements auxquels ils sont adossés. Les clients de La Société Générale (Kapsul), du Crédit Agricole (Eko), et de LCL (Essentiel) qui ont souscrit à leurs offres à bas coûts ont accès aux agences de ces banques (pour déposer physiquement des chèques ou des espèces par exemple). Ils peuvent également obtenir un rendez-vous avec un conseiller.

A LIRE > Ma French Bank de La Banque Postale: ce qui plaît… et ce qui fâche

La Banque Postale impose quant à elle une relation à distance à ses clients qui ont opté pour un compte Ma French Bank. De la même manière, la Caisse d’Epargne (Enjoy) propose une plateforme téléphonique à ses clients « low cost ». A fortiori, le compte Nickel qui s’ouvre chez un buraliste, n’offre pas non plus ce type de services et d’expertise.

Sur le même thème

Banques Banques en ligne Néobanques

Réactions et commentaires

Sur la même thématique