Brexit: vous ne paierez pas plus cher pour utiliser votre forfait mobile depuis le Royaume-Uni

Depuis bientôt trois ans, la suppression des frais d’itinérance dans les pays membres de l’Espace économique européen (Union européenne + Lichtenstein, Islande et Norvège), permet à la plupart des détenteurs d’un abonnement mobile de l’utiliser depuis les pays de la zone sans risquer le « hors forfait ».

A LIRE >>>Quelles seraient les conséquences d’un Brexit sans accord pour les voyageurs à destination du Royaume-Uni?

Logiquement, le départ de l’Angleterre de l’Union européenne depuis le 1er février aurait dû mettre un terme à l’application de cette réglementation très favorable aux consommateurs pour toute utilisation depuis la Grande-Bretagne. Heureusement pour les clients de Bouygues, Free, Orange, SFR ou des opérateurs virtuels, il n’en est rien.

En effet, pour l’instant rien ne change pour les abonnés : ils peuvent continuer, dans les limites de ce que prévoit leur forfait, à passer des coups de fil, envoyer des SMS ou surfer sur internet lors de leurs déplacements au Royaume-Uni sans craindre de retrouver une facture salée à leur retour. [En revanche attention, l’inverse reste payant, et ça n’est pas nouveau : téléphoner depuis la France vers la Grande-Bretagne est à régler en sus, sauf si le forfait intègre nativement une enveloppe prévue pour cet usage. Ce type de frais étant toutefois en sursis.]

Près d’un an pour négocier

Mais ce « cadeau » des opérateurs mobiles pourrait ne pas être éternel. Car depuis le 1er février, une période de transition, qui doit durer jusqu’au 31 décembre 2020, s’est ouverte afin que l’Union européenne et la Grande Bretagne renégocient tous les accords qui les lient encore dans de nombreux domaines :  commerce, justice, transports, éducation…

A LIRE >>Le coût des appels et des SMS vers un autre pays européen bientôt plafonnés

Cette parenthèse – qui pourrait-être prolongée – va-t-elle durer ? Une fois les accords définitifs signés, est-il possible que rien de change pour les abonnés mobile et que les opérateurs leur accordent un geste commercial en continuant à inclure le Royaume-Uni dans les destinations européennes ? Ou, au contraire vont-ils décider de l’exclure ? Tout est possible ! Pour les abonnés mobiles, c’est donc « wait & see », comme le disent les Anglais, jusqu’à nouvel ordre.

Elodie Toustou

Partager
Publié par
Elodie Toustou

Articles récents

Vacances : gare aux arnaques « à l’irlandaise » sur les aires de repos

Les gendarmes alertent sur cette escroquerie qui se multiplie pendant les vacances d’été et qui fait perdre à ses victimes…

10/07/2020 16:56

Malgré la crise, le crowdfunding immobilier se porte très bien

La crise sanitaire et économique n’a pas eu raison de la bonne santé du crowdfunding immobilier. 184 millions d’euros ont…

10/07/2020 16:24

Assurance vie en euros: quel délai pour compenser l’impact des frais d’entrée ?

Un épargnant payant 1% de frais à l’entrée, plaçant son argent sur un fonds en euros servant 1% brut ne…

10/07/2020 15:57

Face à la crise, le modèle des SCPI affiche sa résilience

La crise engendrée par le Covid-19 pourrait-elle faire vaciller un secteur des SCPI (Sociétés civiles de placement immobilier) dont la…

10/07/2020 15:55

Bourse : les compagnies pétrolières européennes seront les grandes «utilities» de demain

Le pétrole connaît une nouvelle phase de sa longue et mouvementée histoire. Les interrogations portent désormais sur la demande et…

10/07/2020 15:45

Achats alimentaires, commerces de taille moyenne : comment le confinement a bouleversé la consommation 

Si les ventes alimentaires ont largement augmenté pendant le confinement, ce n’est pas le cas des autres produits de consommation.…

10/07/2020 15:26