Le service Signal Conso désormais disponible dans tout l’Hexagone

Tous les consommateurs peuvent déposer leur signalement concernant un prix mal indiqué ou pour une publicité pour un crédit non conforme sur la plateforme.

La Répression des fraudes a mené une trentaine de contrôles l'an passé à la suite de signalement sur Signal conso. Crédit: Istock

Après un test qui aura duré quasiment un an, il est l’heure pour la plateforme Signal conso (https://signal.conso.gouv.fr/) de se déployer entièrement. Alors qu’elle n’était disponible que dans les régions Centre-Val-de-Loire, Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie, elle devient accessible à tous les consommateurs du territoire national. Son but : permettre de faire remonter des problèmes de consommation rapidement. Elle est aussi accessible sur smartphone.

Les consommateurs peuvent faire un signalement concernant différentes thématiques : un prix mal indiqué, l’hygiène passable d’un restaurant, du démarchage abusif. Depuis l’accueil du site, il suffit de cliquer sur l’une des nombreuses catégories disponibles (travaux/rénovation, secteur de la santé, démarche administrative, animaux, immobilier, achat sur internet, voyage/loisirs… il y en a 15 en tout) et de se laisser guider.

A LIRE >>> Consommation: Interflora ajoute illégalement un abonnement d’office à votre bouquet

3 400 signalements en un an

Une fois la catégorie renseignée, Signal conso vous demandera de choisir entre plusieurs propositions pour affiner le problème, puis de renseigner une description et d’y joindre une pièce jointe si on le souhaite, comme une photo. Il faut ensuite indiquer l’entreprise concernée, donner son adresse email et son identité puis confirmer la requête.

Signal conso sera enrichi dans les prochains mois de l’année. Ainsi, les signalements concernant le e-commerce, les applications mobiles et les arnaques en ligne seront bientôt possible.

A LIRE >>> Consommation: des bons d’achat en échange de vos vieux vêtements

En un an, la plateforme a reçu 3 400 signalements concernant principalement des problèmes de prix, d’hygiène ou de produits périmés. 69% des entreprises incriminées ont créé un compte sur la plateforme pour prendre connaissance du signalement et 77% de ces entreprises ont répondu aux consommateurs. Enfin, les signalements les plus pertinents ont été examinés par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), ce qui a entraîné une trentaine de contrôles de la part de ses agents.

Sur le même thème

Consommation vie pratique

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique