Se connecter S’abonner

L’UFC-Que choisir dépose plainte contre le site de revente de billets Viagogo

Pour l’UFC, Viagogo pousse les consommateurs à l’achat via des messages biaisés. Le site aurait aussi revendu illégalement des billets pour des manifestations sportives ou culturelles.

pouvoir d'achat
Crédit : ALLILI MOURAD/SIPA/1606211701.

L’association de consommateurs passe à l’action. Alors que l’UFC-Que choisir a reçu près de 500 témoignages de consommateurs victimes des mauvaises pratiques du site de revente de billets en ligne Viagogo, une plainte a été déposée pour pratiques commerciales déloyales, trompeuses et agressives. L’UFC pointe aussi la revente de billets sans autorisation.

Dans le viseur, l’architecture générale du site Viagogo. L’association a repéré que le service joue sur une soi-disant rareté des places disponibles pour pousser les consommateurs à l’achat. Ainsi, des alertes, des chronomètres, des messages biaisés apparaissent lors de la visite, à la recherche d’une place de spectacle ou d’événement sportif.

A LIRE >>> Obsolescence programmée: l’UFC-Que choisir fonde un «observatoire des pannes»

Des suppléments de dernière minute

Les consommateurs peuvent ainsi lire des « Ces billets seront probablement bientôt tous écoulés » ou encore des messages du type « 02 :15 restante(s) pour compléter l’achat », rapporte l’UFC dans un communiqué. Est aussi pointée une politique tarifaire opaque puisque le prix final a été bien souvent dissimulé au consommateur. En effet, Viagogo ajoutait des frais supplémentaires sur le prix final, une fois la commande confirmée et le compte bancaire débité.

A LIRE >>> Complémentaires santé: les tarifs des assurances explosent selon l’UFC-Que Choisir

Par ailleurs, l’UFC a remarqué que Viagogo a revendu en masse des billets pour des manifestations culturelles ou sportives sans autorisation des organisateurs, ce qui est illégal, car la revente se fait à des fins spéculatives. De plus, la vente est malhonnête puisque certains consommateurs ont payé leur billet deux à trois plus cher que s’ils étaient passés par la billetterie officielle pour, au final, être mal placés ou se retrouver avec un billet non valide.