100% Santé: l’UFC-Que choisir distribue des bons points aux audioprothésistes

Une série de tests ont été menés sur les appareils proposés via le « 100% santé », et ils sont assez positifs concernant la qualité des produits.

Les prothèses audio font parties, avec l'optique et les actes dentaires, de la réforme 100% santé. Crédit: Florence DURAND/SIPA

C’est une bonne surprise pour l’association de consommateurs. L’UFC-Que choisir a mené une batterie de tests pour se rendre compte de la qualité des prothèses auditives proposées par les audioprothésistes dans le cadre du « 100% santé », c’est-à-dire le mécanisme de prise en charge à 100% (d’ici 2021, en attendant le reste à charge maximum est plafonné à 750 euros) de ce type d’équipement médical très onéreux.

L’association a décortiqué 13 audioprothèses, sept de classe 1 éligibles au 100% santé et six de classe 2, vendues à prix libre. Il ressort de ces tests que les appareils « 100% santé » ont une efficacité équivalente aux modèles les plus chers, dans le cas d’un fonctionnement automatique (lorsque l’appareil fait le choix entre le programme « environnement calme » et « environnement bruyant »).

A LIRE >>> Reste à charge zéro en santé: ce qui sera remboursé à 100% et ce qui ne le sera pas

Renforcer les contrôles

« Si des différences de qualité notables existent entre appareils, elles ne sont pas liées à leur prix », indique l’UFC dans son communiqué. En revanche, les modèles haut de gamme proposent des options (une connectivité Bluetooth, une batterie rechargeable) qui permettent de distinguer ces modèles de ceux « 100% santé ». Mais l’absence de ces options « ne remet pas en cause la qualité des prothèses 100 % santé », selon l’association.

A LIRE >>> 100% santé: vérifiez votre contrat de mutuelle avant d’engager des frais

L’UFC-Que choisir rappelle que le succès de la réforme « 100% Santé », qui concerne par ailleurs l’optique et les actes dentaires, est aussi du ressort des professionnels de santé, et qu’ils doivent toujours proposer un devis « 100% santé » en plus du devis pour un appareil classique. « Les audioprothésistes doivent présenter de manière objective les appareils à prix plafonné, sans quoi les usagers s’en détourneront », note-t-elle, en appelant les pouvoirs publics à procéder à des contrôles réguliers.

Sur le même thème

100% santé santé

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique