Se connecter S’abonner

Coronavirus: le prix des masques et gels hydroalcooliques explose, Bruno Le Maire prêt à prendre des mesures

Le ministre a demandé à la Répression des fraudes une enquête sur les prix. Un décret pourrait être pris.

masque
Credit:RAPHAEL BLOCH/SIPA/2002281435

Bruno Le Maire tape du poing sur la table. A la suite d’une réunion mardi 3 mars avec les acteurs économiques concernés par l’épidémie de coronavirus Covid-19 à Bercy, le ministre de l’Économie et des Finances a déclaré qu’il était inadmissible que les masques et les gels hydroalcooliques fassent l’objet d’une spéculation, affirmant que les prix de ces produits ont doublé voire triplé ces derniers jours, rapporte Le Parisien. Des produits sur lesquels les Français se sont rués et qui sont en rupture de stock dans certains points de vente.

Le ministre a donc demandé à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) d’enquêter sur le sujet. Si des irrégularités sont constatées alors le ministre abattra la carte de la régulation et décidera d’encadrer le prix de vente de ces produits. « Je tiens prêt un projet de décret », a-t-il dit.

A LIRE >>> Coronavirus: comment se faire rembourser lors de l’annulation d’un événement?

Pas plus de six mois

Plus tôt dans la journée, sur BFMTV, c’est le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran qui a demandé à ce que « le prix du gel ne soit pas multiplié par le contexte. Il l’est parfois et ce n’est pas acceptable ».

A LIRE >>> Coronavirus : des menaces sérieuses sur l’économie mondiale selon l’OCDE

La chaine de télévision rappelle qu’encadrer les prix d’un produit est possible en France. Selon l’article L410-2 du code de commerce, si les prix sont librement déterminés par le jeu de la concurrence, le gouvernement peut prendre des mesures « par décret en Conseil d’Etat, contre des hausses ou des baisses excessives de prix, des mesures temporaires motivées par une situation de crise, des circonstances exceptionnelles, une calamité publique ou une situation manifestement anormale du marché dans un secteur déterminé ». La mesure d’encadrement des prix ne peut pas durer plus de six mois.