Les néobanques ont séduit 10% des Français

Les néobanques conquièrent de plus en plus de Français, qui sont nombreux à utiliser des outils en ligne pour leurs opérations bancaires.

Les Français choisissent ces néobanques principalement parce qu'elles sont peu onéreuses. Crédit: Istock

Revolut, N26, Orange Bank, Eko, Ma French bank… Les néobanques pullulent et se multiplient sur le marché français, tout en bousculant les enseignes traditionnelles du secteur. Et elles rencontrent un franc succès. Selon une enquête du cabinet Deloitte intitulée « Les Français et les nouveaux services financiers », ils sont 10% à se déclarer client de ces néobanques. L’enquête, réalisée par Harris Interactive pour le cabinet, s’est déroulée entre le 29 novembre et le 16 décembre 2019. 2 000 personnes ont répondu.

A LIRE >>> N26, Revolut, Monese… que proposent les principales néobanques ?

Des frais bancaires attractifs

Si les clients se dirigent vers ce type de service, c’est principalement en raison des frais bancaires réduits que proposent ces néobanques (43%). En effet, Ma French bank, par exemple, propose les principaux services (carte bancaire, compte courant) pour 2 euros par mois. Chez N26, l’offre de base avec une carte et un compte est même gratuite. Ensuite, les Français interrogés sont séduits par la simplicité de ces services bancaires (43%). Ils louent aussi la fluidité de l’application mobile, les frais de paiement et de retrait réduits à l’international. Par ailleurs, pour 64% des interrogés et clients, leur compte bancaire ouvert dans une néobanque est devenu leur compte principal.

A LIRE >>> Le Crédit du Nord lancera en 2020 une néobanque pour les auto-entrepreneurs et petits professionnels

L’enquête du cabinet Deloitte permet de mettre aussi en lumière l’usage important des outils numérique dans les opérations bancaires des Français. Ainsi, 84% d’entre eux indiquent réaliser des opérations bancaires en ligne. Ils sont 43% à systématiquement réaliser leurs opérations bancaires en ligne. 9% ne le font jamais. Par ailleurs, les sondés se déclarent de moins en moins réticents face aux conseillers virtuels, qu’ils soient un robot de tchat (chatbot) ou un hologramme.

Sur le même thème

Banques en ligne Néobanques

Réactions et commentaires

Sur la même thématique