Se connecter S’abonner

Paiement sans contact : la carte anti-piratage d’une entreprise française 

La startup Absolut Secure a développé une puce qui désactive la fonction sans contact au contact de votre carte bancaire. 

sans contact
M. Herve Novelli, secretaire d’Etat charge du commerce, de passage a Nice dans le cadre des 5emes Assises Nationales du centre ville, a assiste a une demonstration d’utilisation du systeme Sans Contact, en test dans la commune azureenne.Le principe est simple, le terminal de cartes bancaires est muni d’une puce electronique permettant la reconnaissance du telephone portable (style smartphone) equipe du systeme de connexion et de l’application de paiement ou bien des cartes bancaires nouvelles generation qui permettent le reglement d’un achat juste par un contact avec le terminal. La ville de Nice a pousse encore plus loin le systeme de communication des portables en equipant les monuments historiques de panneau de signalisation permettant soit pas simple contact, soit en photographiant un code barre, d’obtenir des informations audios, videos ou photographiques, permettant a l’utilisateur du mobile d’avoir sa propre visite guidee sur son telephone. Nice, FRANCE-07/10/2010/Credit:BEBERT BRUNO/SIPA/1010071927

Cet été, les forces de l’ordre s’alarmaient d’une arnaque au paiement sans contact sur les plages de la Côte d’Azur. Le malfrat placerait un terminal de paiement à côté du sac et déroberait de l’argent sur le compte bancaire. L’inquiétude existe en effet autour des piratages des cartes bancaires avec paiement sans contact. Pour éviter ces arnaques, une startup française propose une carte anti-arnaque à 24,99 euros. 

Une carte « anti sans contact » 

L’idée est simple. La carte « anti sans contact » ressemble à une carte bleue classique, sauf qu’elle sert à bloquer les ondes, à désactiver le partage de données de la puce. Quand elle est au contact de la carte bancaire, le paiement sans contact est donc suspendu. C’est la création de deux étudiants en ingénierie d’affaires, raconte Les Echos. D’autres solutions existaient déjà comme les étuis protecteurs et autre porte-cartes de plus en plus à la mode. 

Le but est d’éviter tout vol de données, ou autre piratage. « Des hackers peuvent sans grande difficulté récupérer le numéro de CB et aussi, avec un scanner longue portée de plusieurs mètres qui est dissimulé dans un sac, le signal RFID correspondant pour l’utiliser par la suite à leur profit », résume le quotidien. Si le paiement sans contact est bloqué, la carte peut aussi désactiver les cartes de transport ou de fidélité. 

A LIRE >> La mise en place des paiements en ligne ultra-sécurisés repoussée à 2022

Un risque à nuancer 

Ce type de risque est souvent évoqué, mais le chef du service de surveillance des moyens de paiements scripturaux de la Banque de France, Julien Lasalle, affirmait en décembre au Parisien qu’aucun détournement de données n’avait pour l’instant été recensé. L’autorité bancaire reste toutefois vigilante sur le sujet.