« Les besoins de la Nation sont assurés » selon le secrétaire d’État aux transports

« Il n’y a pas de pénurie en France » a assuré Jean-Baptiste Djebbari dans Ouest-France. Le secrétaire d’État aux transports assure que le pays reste ravitaillé malgré l’épidémie de Covid-19.

Il y a eu des « points de blocage » mais pas de pénurie selon le secrétaire d'État aux transports. Crédit : ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Le gouvernement apaise l’inquiétude des Français en pleine épidémie de coronavirus : le secrétaire d’État aux transports assure au quotidien Ouest-France que « les besoins de la Nation sont assurés ».

Jean-Baptiste Djebbari a précisé ses propos ensuite : il y a eu des « points de blocage » sur certaines productions, comme les pâtes, ou encore sur la distribution des œufs, et les céréales cette semaine. Mais il explique rechercher « des solutions rapides, au cas par cas, à chaque fois qu’un sujet monte ».

Les routiers s’inquiètent pour leur santé

Jean-Baptiste Djebbari a également annoncé avoir pris un décret pour répondre aux plaintes des routiers, « pour que tous les lieux de chargement et de déchargement soient équipés de gel hydroalcoolique ou à défaut d’eau et de savon ». Les routiers dénoncent leurs conditions de travail : le manque d’accès aux aires de services, aux sanitaires ou encore aux douches, ainsi qu’aux points de restauration. Le membre du gouvernement a assuré que ces sujets sont réglés : mercredi 1er avril, « leur taux d’ouverture moyen était de 80 à 93 % selon les réseaux routiers ». Il a affirmé ne pas hésiter à procéder à des réquisitions, si nécessaire.

A LIRE >>Coronavirus : Bruno Le Maire assure qu’il « n’y a pas de pénuries » dans la grande distribution

Le trafic ferroviaire réduit aux besoins essentiels

L’offre de circulation des trains a été réduite aux besoins essentiels, a encore détaillé le secrétaire d’État. Il est dédié « aux déplacements des personnels soignants et des Français qui ne peuvent pas pratiquer le télétravail ». En revanche, plus de 60 % des trains de marchandises ont été maintenus. Le trafic aérien est lui aussi fortement réduit. En revanche, dans les ports, l’activité continue, 70 % d’entre eux restent ouverts « malgré des conditions de travail compliquées » souligne M. Djebbari.

Sur le même thème

Grande distribution transport transport aérien

Réactions et commentaires

Sur la même thématique