Se connecter S’abonner

La chute des ventes de carburant menace les petites stations-service

La baisse des ventes et de l’approvisionnement de carburant pourrait provoquer une catastrophe financière pour les pompistes des zones rurales.

Ukraine - Shell
Crédit : istock.

Les exploitants des petites stations-service voient leurs ventes baisser de manière très importante à cause du confinement lié à la crise sanitaire. Le président des distributeurs de carburant, au sein du Conseil National des Professionnels de l’Automobile, parle de 90 % de baisse des ventes à BFM TV. Résultat, les professionnels ont plus de stock : « Certaines stations qui commandent du carburant tous les trois ou quatre jours en ont désormais pour trois semaines » détaille Francis Pousse.

Conséquence directe de la baisse de consommation, les livraisons de carburant à l’ensemble des stations-service du pays du 20 au 31 mars ont chuté de 80 % pour l’essence et de 76 % pour le gazole selon le CPDP (comité professionnel du pétrole).

Les stations adossées aux garages pourraient abandonner leur activité

La reprise partielle de l’activité économique ne devrait pas poser de problème d’approvisionnement en carburant, même si la sortie du confinement n’est pas encore planifiée. Cependant, les propriétaires-exploitants des stations-services, notamment en zone rurale, pourraient connaître de graves difficultés financières, car ils sont responsables de leur fonds de commerce.  

A LIRE >> Carburants : les prix à la pompe baissent encore

Les petites stations-service pourraient ne pas survivre à cette période, « celles qui font des petits volumes, parfois adossées à un garage qui connaît lui aussi des difficultés », précise encore le président des distributeurs de carburant. Résultat, ces entreprises pourraient abandonner ces activités et cela pénaliserait les achats de carburant lors de la sortie du confinement.

Les stations-service des grandes surfaces seront avantagées

La profession réfléchit à des plans de relance. « Le danger, c’est la disparition de cet accès à la pompe en milieu rural » ajoute François Pousse « et une position renforcée pour les grandes surfaces qui n’ont pas besoin de ça pour vivre ». Actuellement, certains pompistes maintiennent leur activité pour fournir ceux qui ne disposent pas de carte bancaire, même s’ils sont équipés d’automates.