Se connecter S’abonner

55% des PME craignent la faillite

Une enquête de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), publiée ce vendredi 17 avril, révèle que plus d’un dirigeant de PME sur deux craint la faillite.

travail
Crédit: iStock.

Plus de la moitié des dirigeants de PME craignent la faillite de leur entreprise, selon une enquête réalisée par la CPME. Plus de 3 400 dirigeants ont été sollicités par la Confédération des petites et moyennes entreprises entre le 2 et le 12 avril. 60% d’entre eux disent avoir constaté une baisse de chiffre d’affaires, de plus de la moitié au mois de mars. Seuls 8% d’entre eux affirment n’avoir subi aucune perte de revenu.

Des résultats « alarmants »

L’organisation patronale relève que les résultats de son enquête sont « alarmants » : 65% des entreprises répondantes étaient fermées au moment de l’étude. Les difficultés des entreprises sont renforcées « par le fait que 39% des TPE-PME subissent des retards de paiement », souligne la CPME dans le communiqué.

Les entreprises sont 48% à honorer toutes leurs factures à la date prévue, mais 36% disent reporter certains paiements. Plus du tiers déclare ne pas avoir de trésorerie pour tenir un mois d’exploitation. La moitié en revanche assure disposer d’une trésorerie leur permettant de couvrir entre un et trois mois.

80% des entreprises disent avoir été soutenues par leur banque

Le gouvernement a introduit un mécanisme de garantie des prêts par l’État à hauteur de 90% de l’emprunt. Deux entreprises sur trois déclarent avoir sollicité leur banquier, 80% affirment avoir été soutenues.

En revanche, plus des trois-quarts disent de ne pas avoir été soutenues par leur assureur (mais seule une entreprise sur quatre rapporte l’avoir sollicité). La catastrophe sanitaire n’est pas reconnue comme un état de catastrophe naturelle, la pandémie de Covid-19 n’est donc pas couverte par les polices d’assurance.

À LIRE>> Confinement: la Fédération française de l’assurance va investir 1 milliard d’euros dans les PME

60% des TPE ont sollicité l’aide du fonds de solidarité

Plus de 80% des entreprises reconnaissent avoir recours au chômage partiel. Le dispositif concerne près de 9 millions de salariés, il permet de faire payer à l’État les salaires de ceux qui ne travaillent plus, en attendant la reprise de l’activité.

41% des entrepreneurs qui ont répondu à l’enquête prévoient d’imposer à leurs salariés de prendre des congés payés pendant le confinement. La grande majorité déclare le faire via un accord d’entreprise. La moitié (51%) affirme aussi avoir demandé un report des échéances fiscales. 60% des très petites entreprises (TPE) ont sollicité l’aide du fonds de solidarité.