Confinement: les salariés qui gardent leurs enfants vont basculer en chômage partiel

Les parents, salariés du privé, arrêtés pour garder leur enfant, passeront au régime du chômage partiel le 1er mai prochain.

Le gouvernement a facilité les arrêts de travail depuis la fermeture des écoles et le début du confinement. Crédit: iStock.

Les ministères de la Santé et du Travail ont annoncé ce vendredi 17 avril que les personnes en arrêt de travail pour garde d’enfant passeront au chômage partiel à partir du 1er mai. Cela concerne aussi les personnes arrêtées pour vulnérabilité particulière, « présentant un risque accru de développer des formes graves de la maladie » précise le communiqué des deux ministères.

Les arrêts de travail ont été rendus nécessaires par la crise sanitaire

Pour préserver les entreprises, 9 millions de salariés du privé sont désormais au chômage partiel. Ils perçoivent une indemnité qui représente 70% du salaire brut, soit 84% du salaire net environ. Les actifs touchant le smic reçoivent la totalité de leur salaire.

Le gouvernement a facilité les arrêts de travail depuis la fermeture des écoles et le début du confinement. Il a supprimé les délais de carence, applicables habituellement avant le versement des indemnités journalières de sécurité sociale (3 jours) et du complément employeur (7 jours). L’indemnité va jusqu’à 45,55 euros bruts par jour.

Le communiqué précise que « jusqu’au 30 avril, ces salariés seront indemnisés par leur employeur, en complément des indemnités journalières de sécurité sociale, à hauteur de 90% de leur salaire, quelle que soit leur ancienneté ».

À LIRE>> Des formations gratuites pour les salariés au chômage partiel

Seuls les salariés du privé sont concernés

Ces personnes connaîtront une baisse d’indemnisation à partir du 1er mai, passant à 84% de leur salaire net. Mais cela leur permettra d’éviter la baisse de la part d’indemnisation versée par l’assurance maladie, qui passe à 66% au bout de 30 jours.

Par ailleurs, seuls les salariés du privé sont concernés, pas les travailleurs indépendants, les fonctionnaires et les agents contractuels de droit public qui pourront continuer à demander des arrêts de travail pour garde d’enfants.

Sur le même thème

Assurance maladie chômage indemnisation chômage

Réactions et commentaires

Sur la même thématique