Se connecter S’abonner

Coronavirus: les faux remèdes se multiplient

Profitant du contexte d’épidémie et de l’inquiétude des citoyens, les fraudes se multiplient.

« Il n’existe pas à ce jour de vaccin, d’aliments, de purificateurs d’air, de lampes, de compléments alimentaires ni d’huiles essentielles… qui protègent ni ne permettent de guérir du coronavirus », précise la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Ce rappel intervient alors que faux remèdes, fraudes et arnaques pullulent sur Internet et même dans certaines pharmacies.

Lampes à UV, traitements homéopathiques, faux tests de dépistage

Ainsi, 60 Millions de consommateurs détaille les offres les plus répandues : les compléments alimentaires à la spiruline, les purificateurs d’air qui utilisent le terme de « coronavirus » pour « vendre plus », selon la DGCCRF, les lampes à UV pour désinfecter ses mains, qui sont inefficaces, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), du miel qui détruirait le virus… Tous les arguments sont bons pour vendre. Dans l’Hérault, une pharmacie proposait ainsi un traitement homéopathique contre le coronavirus.

Il y a aussi les mauvais conseils des influenceurs qui vantent à leurs abonnés sur les réseaux sociaux les louanges d’un livre qui « révèle comment ‘tuer les bactéries du virus’ » ou d’un « stérilisateur pour petits objets », rapporte l’association de consommateurs. Sur Internet, on trouve aussi des kits de protection non-approuvés par les autorités sanitaires ou des faux tests de dépistage. Le site de la répression des fraudes évoque également les arnaques aux attestations de déplacement, avec des sites qui proposent de vous en envoyer une contre de l’argent.

signal.conso.gouv.fr pour signaler les fraudes

Si vous vous trouvez face à de telles offres, vous pouvez vous rendre sur le site signal.conso.gouv.fr. On vous proposera de signaler des prix trop élevés (de gels hydroalcooliques, par exemple), la vente de masques chirurgicaux ou FFP2 non-autorisée ou encore la « publicité mensongère liée au Covid-19 ».