Déconfinement: quelles aides le gouvernement envisage pour soutenir les entreprises et les consommateurs? 

Alors qu’une crise « brutale » se prépare selon Edouard Philippe, le gouvernement réfléchit à différents scénarios pour limiter les dégâts sur l’économie française. 

Deux pistes principales sont envisagées par le gouvernement : l’aide à la demande et l’aide aux entreprises, selon Les Echos. Crédit:NICOLAS MESSYASZ/SIPA/1903201500

Fonds de solidarité de 7 milliards d’euros pour les entreprises, chômage partiel, prêts garantis par l’Etat, primes pour les fonctionnaires, les soignants, les ménages modestes… On connaît déjà les initiatives du gouvernement pendant le confinement. Qu’en est-il pour la sortie ? Pour le Premier ministre, « cette crise sanitaire va entraîner une crise économique qui ne fait que commencer. Elle sera brutale ». Le déconfinement annoncé pour le 11 mai va être une véritable épreuve pour l’économie française et Bruno Le Maire s’y prépare. Selon L’Opinion, le ministre de l’Économie s’entretient chaque semaine avec 22 économistes. Certains d’entre eux ont détaillé aux Échos les mesures envisagées pour limiter les dégâts. 

Baisser la TVA pour booster la consommation 

Deux pistes principales sont envisagées par le gouvernement : l’aide à la demande et l’aide aux entreprises. Pour la première, l’économiste Mathilde Lemoine (Groupe Edmond de Rothschild), préconise une baisse de la TVA pour booster la consommation, plutôt qu’une baisse d’impôts. « Toute mesure de nature à rassurer les Français sur le plan sanitaire aidera l’économie puisqu’elle fonctionnera comme une relance de la demande », avance ainsi Alain Trannoy, professeur à l’école d’économie d’Aix-Marseille. De son côté, Bruno Le Maire a déjà parlé de « mesures fiscales » comme l’aide à la rénovation énergétique ou à l’achat de voitures électriques, atteste le quotidien économique. 

Annulation des charges fiscales et sociales 

Du côté du soutien aux entreprises, on réfléchit à l’annulation des charges fiscales et sociales, ainsi qu’à la suppression des loyers et des factures d’électricité. Pour Xavier Ragot, président de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), ces mesures s’apparenteront à « un plan de convalescence » plutôt qu’à « un plan de relance keynésien ». Les économistes envisagent également « un dispositif d’amortissement accéléré des investissements ». Reste à décider quels secteurs seront concernés, comment se mettront en place ces aides et à quelle hauteur l’Etat sera capable de les prendre en charge.

Sur le même thème

aides et allocations Entreprises vie pratique

Réactions et commentaires

Sur la même thématique