Se connecter S’abonner

Des assureurs indemniseront les pertes d’exploitation de leurs clients

Le Crédit Mutuel, le CIC et le Crédit Agricole ont annoncé qu’ils allaient indemniser les pertes d’exploitation de leurs clients, imputables au coronavirus.

assurance
Depuis l’entrée en vigueur du dispositif, plusieurs associations de consommateurs et assureurs accusent certaines banques de bloquer les demandes en jouant sur le flou qui entoure la question de la date anniversaire de la souscription de l’assurance emprunteur. Crédit: iStock.

Lors d’une interview accordée à France Inter, mercredi 22 avril, Nicolas Théry, le président du Crédit Mutuel Alliance Fédérale, a expliqué avoir une « responsabilité morale » envers les petites et moyennes entreprises ayant souscrit un contrat d’assurance. Il a fait savoir l’intention du Crédit Mutuel d’indemniser les pertes d’exploitation de ces dernières, même si celui-ci ne prévoit pas le cas de la pandémie. Dans la foulée, le Crédit Agricole et le CIC – qui fait partie du groupe Crédit Mutuel – lui ont emboîté le pas.

La banque mutualiste et sa filiale CIC verseront 200 millions d’euros à leurs clients professionnels ayant un contrat couvrant les pertes d’exploitation. Les assurés devront « nous donner le chiffre d’affaires réalisé dans la dernière année, et on applique ce taux de marge, de revenus moyens ». « On ne va pas ergoter sur le droit (…) Si on ergote pendant six mois, les clients auront disparu et à la fin tout le monde sera perdant », a ajouté Nicolas Théry. Lucide, il a appelé les autres assureurs à en faire autant.

« Un dispositif inédit »

L’appel a été entendu par le Crédit Agricole, qui se dit prêt à mettre sur la table un montant similaire. Il s’agit d’ « un dispositif inédit de soutien pour tous les assurés ayant souscrit une assurance multirisque professionnelle avec perte d’exploitation », informe le groupe, par voie de communiqué.

Figure majeure de l’assurance, Axa aurait indiqué ne pas envisager de dispositif similaire pour le moment, rapporte BFMTV. Depuis le début de la crise sanitaire du coronavirus, les assureurs se sont engagés à financer à hauteur de 400 millions d’euros le fonds de solidarité pour les TPE (très petites entreprises). Ils ont en revanche refusé, pour le moment, de couvrir les pertes de revenus, évaluées à 60 milliards d’euros.