Se connecter S’abonner

Buralistes, points de distribution… où trouver des masques?

L’après 11 mai s’organise peu à peu et les masques seront au cœur du processus de déconfinement. Voici différentes façon de vous en procurer.

Covid-19
Katrin Bohn wear a face mask as she rides in a public transport bus in Ilmenau, Germany, Friday, April 24, 2020. Thuringia introduces compulsory mouthguards in shops and local traffic because of the coronavirus and COVID-19 outbreak. (Michael Reichel/dpa via AP)/DMSC103/20115251945234//2004240945

À compter du 30 avril, des masques homologués destinés aux professions non médicales et au grand public seront disponibles chez les buralistes informe Le Parisien. Lavables une vingtaine de fois, ils devraient être vendus cinq euros chacun. Forte de 24 500 points de vente sur tout le territoire national, la Confédération des buralistes a continué à travailler durant le confinement et à pu organiser l’opération « Protégeons les Français chez les buralistes ». Ces derniers passeront leurs commandes sur la plateforme de la confédération, afin d’éviter les ventes frauduleuses qui fleurissent sur Internet. 

Le 4 mai sera marqué par la mise en place de distributions, afin de rendre les masques plus accessibles aux Français, avant le déconfinement. Il s’agira d’une expérimentation, indiquent Les Échos. « Plusieurs modes de distribution ont été identifiés pour permettre à un maximum de Français d’y avoir accès », explique au quotidien Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Économie et des Finances. Les pharmacies, les mairies ou encore la grande distribution font partie des pistes avancées.

Gratuits dans les transports d’Île-de-France

En Île-de-France, la présidente de la région et d’Île-de-France Mobilités, Valérie Pécresse, a annoncé des distributions gratuites dans les transports. Il faut dire que l’élue a répété, jeudi 23 avril sur BFMTV, son souhait de voir le port du masque rendu obligatoire dans les transports. Pour « que le port du masque soit obligatoire », souligne Valérie Pécresse, « il faut d’abord donner les masques, il faut que tout le monde puisse en avoir »

A LIRE >>