Comment éviter le découvert bancaire?

Les Français qui font face à une perte de revenus se retrouvent dans le rouge : mieux vaut éviter le découvert bancaire, car il coûte cher.

Les experts conseillent de souscrire à un crédit à la consommation pour éviter de creuser son découvert. Crédit: iStock.

Plus de dix millions de salariés au chômage partiel subissent une baisse de revenus. Il vaut mieux anticiper et ne pas creuser un découvert sur son compte en banque, car les découverts bancaires coûtent cher, rappelle Le Monde. Les agios représentent quelques euros, mais ajoutés aux autres frais, « comme les commissions d’intervention, les lettres d’information préalables, les frais de rejet de chèque ou de prélèvement », la facture peut monter « à plusieurs dizaines d’euros sur un mois » selon Maxime Chipoy de MoneyVox.

Parmi les solutions : l’épargne de précaution, placée sur un Livret A ou Livret de développement durable et solidaire (LDDS), à laquelle il faut penser en cas de coup dur. Il est aussi possible d’échelonner ses factures courantes, en contactant son fournisseur d’eau, d’électricité et de gaz. Les souscripteurs d’un crédit immobilier doivent aussi penser à reporter les mensualités de crédit. Nicolas Draux de BNP Paribas précise que les reports sont acceptés sans délai, alors qu’il n’est « généralement possible qu’à partir du 2e anniversaire du crédit ».

Le crédit à la consommation vaut mieux que le découvert

Les experts conseillent de souscrire à un crédit à la consommation pour éviter de creuser son découvert : « mieux vaut souscrire à un crédit à la consommation de quelques milliers d’euros à 5% » qu’être « à découvert à 15% » précise encore Maxime Chipoy de Moneyvox. Des sites spécialisés comme Cofidis, Cetelem, Younited Credit ou encore Sofinco permettent de réaliser l’opération en ligne.

Le conseiller bancaire peut relever le plafond du découvert autorisé, mais il est conseillé d’y songer en dernier recours. Un découvert autorisé dans les banques en ligne entraîne des agios entre 7 et 8%, et 16% en cas de dépassement. Les banques facturent des commissions d’intervention au-delà du découvert autorisé, plafonnées à huit euros par opération, et 80 euros par mois. Cependant, plusieurs banques en ligne (Boursorama Banque, BforBank, Fortuneo, Hello Bank…) ne facturent pas de commissions d’intervention, selon le quotidien national.

À LIRE >> Prêts aux TPE: des banques ne joueraient pas le jeu

La Banque postale est particulièrement attentive

La Banque postale indique avoir relevé le plafond de découvert des clients qui lui ont demandé, mais cela se fait au cas par cas. « Il n’est pas possible de généraliser cette pratique qui pourrait être interprétée comme une incitation au découvert », selon Pierre de Buhren, de l’établissement public.

La Banque postale compte 1,6 million de clients en situation de fragilité financière, elle est donc particulièrement sensible aux difficultés rencontrées par les ménages. Une vigilance particulière a été instaurée vis-à-vis des chèques sans provision. Leur rejet entraîne l’inscription au fichier central des chèques (FCC), de la Banque de France, et le client devient interdit bancaire. « Une des solutions peut consister à débiter le chèque, même si le montant du découvert autorisé est atteint », poursuit Pierre de Buhren.

Sur le même thème

banque Banques crédit consommation Frais bancaires

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique