Se connecter S’abonner

La grande distribution et le commerce en ligne ne subissent pas la crise

Les magasins d’alimentation voient leur chiffre d’affaires augmenter en période de confinement et le commerce en ligne tire son épingle du jeu.

Il y a trois mois, la Banque de France tablait sur une contraction du PIB de 8,7% cette année
Crédit: iStock.

Quelques secteurs résistent à la crise économique provoquée par l’épidémie de Covid-19. La grande distribution connaît particulièrement de bons chiffres, selon Olivier Dauvers, interrogé par franceinfo. Selon le spécialiste de la grande consommation, les magasins d’alimentation voient leur chiffre d’affaires « progresser de 7 à 8% ».  Les petites surfaces sont gagnantes, puisqu’il faut aller dans les magasins les plus proches. En revanche, les hypermarchés sont en difficulté selon l’expert.

L’institut Nielsen fait le même constat : spécialisé dans la grande consommation, l’institut précise dans son étude que la « grande consommation repart en forte hausse la 4e semaine de confinement », avec une hausse de « 20% dans les supermarchés ». Le commerce en ligne connaît une croissance forte : « les ventes en ligne ont doublé sur la semaine du 6 au 12 avril » rapporte l’institut dans sa synthèse, et il représente « à court terme environ 10% du marché des produits de grande consommation ».

Les drive des supermarchés triplent leur chiffre d’affaires

Plus de 80% de la croissance du e-commerce alimentaire généraliste reste réalisée par le drive. « Avant le début du confinement, près de 750 drives accolés à des supermarchés ne dépassaient pas la dizaine de commandes par semaine : ils ont en moyenne triplé leur chiffre d’affaires, certains dépassant même les 30 000 euros hebdomadaires » d’après Daniel Ducrocq, Directeur du service distribution chez Nielsen. Ce ne sont plus simplement des familles qui effectuent leurs courses via le drive : 500 000 retraités ont fait leurs achats en ligne la première semaine de confinement, selon l’institut.

Surgelés et produits d’épicerie sont en tête des achats

En drive, ce sont les produits surgelés et d’épicerie qui sont en tête des achats des Français. Plus généralement et dans toutes les enseignes, ce sont les aliments de première nécessité qui s’envolent. « La farine, les œufs, le sucre, le beurre, le pain de mie », précise le groupe Casino, ainsi que les produits frais, viande, fruits ou légumes. Le surgelé progresse également dans les achats physiques : les magasins Picard ont vécu « cinq semaines de folie », selon Philippe Pauze, patron de l’enseigne.

À LIRE>> Coronavirus : les dépenses en jeux vidéo ont atteint un niveau record en mars

Par ailleurs, d’autres secteurs bénéficient du confinement : les abonnements à une offre de vidéo à la demande ont augmenté, les jeux vidéo ont connu un boom de leur croissance (+180% du 16 au 22 mars par rapport à la semaine précédente, selon Gamesindustry). Les téléchargements d’applis ont aussi bondi, ainsi que l’utilisation des outils de visioconférence, télétravail oblige.