Catégories : Vie Pratique Voyage

Vacances été 2020 : comment les spécialistes du tourisme se préparent-t-ils ?

Le gouvernement ne cesse de le répéter. Les Français sont invités à ne pas envisager leurs congés d’été à l’étranger. Le secteur du tourisme est l’un des plus touchés par la crise du covid-19. Le transport aérien est quasiment à l’arrêt, les sites d’hébergements et de locations saisonnières sont pour le moment fermés. Tous attendent l’après confinement. Dans quelles conditions seront accueillis les vacanciers ? Quel est l’impact de la crise sur le secteur de la location de vacances ? Explications.

Des vacances franco-françaises. C’est le scénario qui semble se profiler à l’horizon pour le secteur du tourisme mis à mal par la crise du coronavirus.
Le gouvernement prépare un « plan tourisme » pour « soutenir l’économie touristique en permettant le départ en vacances à tous les Français », a indiqué Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat au tourisme la semaine dernière. « Nous travaillons pour imaginer une campagne nationale pour inciter les Français à redécouvrir notre patrimoine. Mais à ce stade, il est difficile de donner une perspective », a précisé le secrétaire d’Etat lors d’un point presse en ligne mardi 21 avril dernier.

Le secteur du tourisme malmené

L’enjeu pour le gouvernement est de pouvoir maintenir à flot les grands acteurs du tourisme français et amoindrir l’impact d’une baisse de la demande pour cet été. Le secteur du tourisme représente une filière stratégique, qui représente près de 7 à 8 % du PIB et 8 à 9 % de l’emploi salarié, soit 1,1 million de salariés à temps plein, sans oublier les quelque 56 milliards d’euros de recettes liées au tourisme international. Une enquête réalisée, fin mars début avril, par le cabinet Roland Berger auprès de 80 dirigeants d’opérateurs (hôteliers, clubs de vacances, tour-opérateurs, agents de voyages) démontre que le retour à la confiance est la première condition de la reprise pour 91 % des personnes interrogées. Une conviction qui va de pair avec une la mise en place de mesures sanitaires.

Une perte économique sans précédent

Autre constat : les dirigeants d’entreprise du tourisme dépeignent des perspectives inquiétantes pour leur activité. En 2020, les professionnels du secteur estiment que la crise du coronavirus aura un impact moyen de 40% sur leur chiffre d’affaires. Rappelons par exemple, que pour la saison à la montagne, les opérateurs ont perdu la fin de la saison d’hiver (tout s’est arrêté mi-mars). Autre perte importante et non des moindres, les vacances de Pâques, soit près de 5 à 10% du chiffre d’affaires selon les professionnels. Les mois de mai (-75%) et juin (-60%) ne connaîtront pas d’embelli. Reste à sauver les mois cruciaux de juillet et août. Les professionnels répondants de l’enquête anticipent une baisse du chiffre d’affaires de respectivement -30% et -40%. Les Français devraient privilégier les locations en famille, en appartements, pour maintenir un après « confinement » qui leur permettent de respecter les mesures sanitaires.

A LIRE>>> Coronavirus : tourisme et spectacles, vers l’annulation de 750 millions d’euros de charges

Préparer une saison touristique sous le signe de la sécurité sanitaire

Comment redonner confiance aux clients afin qu’ils réservent un cottage ou un appartement ? C’est tout l’enjeu des grands acteurs du tourisme nationaux, comme le groupe Pierre & Vacances-Center Parcs. « Nous réfléchissons à plusieurs scénarios pour accueillir au mieux nos clients. Notre priorité : accueillir les vacanciers dans les meilleures conditions en respectant les mesures sanitaires et de sécurité. De même pour nos collaborateurs et employés sur les différents sites », nous annonce Yann Caillère, Directeur général du groupe Pierre & Vacances-Center Parcs. Le groupe réfléchit également à mettre à disposition de ses clients du gel et masques dans chaque appartement, cottage. De même, les mesures de nettoyage seront renforcées pour entretenir régulièrement les parties communes pendant le séjour et à la sortie des clients. « Nous pourrions également prendre la température de toute personne arrivant sur nos lieux de vacances, si nécessaire. Nous réfléchissons à toute éventualité pour garantir la sécurité de nos clients », indique-t-il.

Un impact modéré sur les réservations enregistrées en amont

Le Directeur général nous confie noter un « léger frémissement » pour les demandes de réservations cet été et des clients qui déclarent attendre avec impatience les annonces de déconfinement par le gouvernement. « Avant le confinement, notre niveau de réservations de l’été était quasi semblable à celui de 2019, à la même époque. Sur les réservations opérées en amont de la crise, nous n’avons pas d’annulation massive » précise Yann Caillère.

Préparer des offres commerciales adaptées

Pour le spécialiste de la location de vacances, l’enjeu actuellement est de préparer des offres adaptées aux mesures sanitaires. « Nous proposerons des solutions d’hébergement qui permettent de respecter les consignes sanitaires, en appartement chez Pierre & Vacances ou en cottage chez Center Parcs. Les familles pourront se retrouver en toute sécurité entre elles et profiter d’un cadre de vacances agréable », détaille-t-il.
Certaines activités en plein air, par exemple, pourront être maintenues comme le vélo, pédalo ou le poney, qui peuvent être pratiquer en famille, à conditions que les gestes barrières soient respectés.
Les activités aquatiques, quant à elles, sont encore en discussion. « Pour l’ouverture de nos espaces aquatiques, tout dépendra des conditions et si on nous impose des quotas. On adaptera nos offres. Par exemple, si on peut réunir 1 000 personnes ou 500 personnes cela devrait aller. En revanche, si c’est moins, il faudra imaginer des créneaux de 1h30 par famille par exemple à réserver à la réception », précise Yann Caillère.

La grande inconnue demeure la date et les conditions d’ouverture des sites touristiques pour fin mai ou mi-juin. Pour le moment, les professionnels attendent les directives du ministère. Une rencontre est prévue fin avril entre les professionnels du secteur et l’exécutif. Avec comme objectif, à court terme, sortir de la crise en réinventant des offres plus locales et durables.  

Christina Diego

Partager
Publié par
Christina Diego

Articles récents

Rénovation: MaPrimeRénov’ accessible à tous, sans conditions de revenus en 2021

Dès 2021, MaPrimeRenov’ sera étendue à tous les ménages, sans condition de revenus, ainsi qu’aux propriétaires bailleurs et aux syndicats…

06/08/2020 16:54

Assurance: êtes-vous assuré contre les dégâts causés par la sécheresse?

Quatre millions d’habitations sont potentiellement très exposées aux dégâts liés à la sécheresse estime Assurland.

06/08/2020 16:41

Immobilier: des prix parisiens stables par rapport à juin

Les prix de l’immobilier parisien ne s’envolent plus. En juillet, ils se sont même stabilisés affichant, selon les arrondissements, des…

06/08/2020 14:37

Economie: l’exigibilité des loyers n’a pas été suspendue pendant le confinement

Le tribunal de Paris a donné raison au propriétaire des murs d’un restaurant dont le patron avait arrêté de payer…

06/08/2020 12:56

Immobilier: 68% des résidences principales achetées par des primo-accédants

La part des primo-accédants a été très élevée en juillet chez CAFPI. Elle a représenté 68% de la clientèle du…

06/08/2020 11:44

Investissement: dans quelles villes acheter un parking est le plus rentable?

Les places de parking ont la cote auprès des investisseurs. Seloger propose un classement des villes de plus de 100…

06/08/2020 10:25