Se connecter S’abonner

Les chefs d’entreprise sur le front malgré la crise

Face à la crise du covid-19, bon nombre de dirigeants ont dû se résigner à fermer boutique. Un manque à gagner important aussi bien pour les secteurs du commerce de détail, du conseil juridique que du digital. Découvrez les témoignages de chefs d’entreprise qui ont su rebondir pendant la tourmente du confinement.

climat des affaires
Crédit: iStock.

Face à l’ampleur de la crise du covid-19, Gérald Darmanin a annoncé différentes mesures de soutien aux PME et TPE ces dernières semaines, dont celle qui prévoit l’annulation des charges patronales dues par les petits commerces (- de 10 salariés) très pénalisés pendant le confinement. Au final, les échéances pour mars, avril et mai devraient être supprimées. Cette exonération des charges patronales serait la première pierre d’un plan de relance très attendu pour le mois de septembre.
Comment les dirigeants ont fait face aux mesures de confinement ? Quels impacts économiques pour leur activité ? Témoignages.

Selon une étude intitulée « Day One », publiée par EIM, leader européen du management de transition, qui s’appuie sur des témoignages, retours d’expérience et projections de dirigeants face aux défis de la crise sanitaire, « 67 % des dirigeants interrogés ont, pendant le confinement, étalé les paiements de charges mais ont également eu recours aux différents dispositifs de soutien proposés par le gouvernement ». Autre enseignement de l’étude « près de 2/3 des dirigeants prévoient une vraie reprise dès le dernier trimestre 2020″.
Nous avons recueilli le témoignage de chefs d’entreprise, plutôt optimistes, qui ont profité de cette période critique pour maintenir leur business.

Quand le secteur du commerce de détail se réinvente

Sandrine Conseiller, directrice de la marque française AIGLE, nous explique comment son entreprise de commerce de détail a su rebondir au fur et à mesure des semaines. « En France, par anticipation des annonces du gouvernement, AIGLE a interrompu l’ensemble de ses activités à l’exception du site e-commerce et de son site logistique à partir du 14 mars, afin de protéger ses salariés et ses clients » déclare la dirigeante.
Depuis le 14 avril, AIGLE a rouvert son usine d’Ingrandes (49) et convertit une ligne de production afin de produire des masques barrières homologués par la DGA (Délégation Générale de l’Armement) à destination d’associations de la région de Châtellerault et de ses collaborateurs. « Au-delà de la créativité, nos salariés ont fait preuve d’une véritable solidarité : quand il a été question de rouvrir la manufacture d’Ingrandes pour passer de la production des bottes aux masques barrières à destination du Grand-Châtelleraudais, tous se sont portés volontaires pour fabriquer ces masques. Résultats, nous produisons près de 600 masques par jour ! » détaille-t-elle.
Sandrine Conseiller indique qu’aujourd’hui « la marque travaille à la réouverture de ses boutiques françaises, éclairée par les exemples en Asie et en Allemagne. Notre priorité sera la sécurité de nos personnels comme de nos clients ». Elle espère que cette période de crise aura une vertu « au-delà d’aides matérielles, il pourrait être utile d’envisager une sensibilisation du gouvernement au patriotisme économique au sortir de cette crise. Pour faire repartir notre économie, inciter les Français à se tourner vers des marques françaises pourrait être un premier pas utile », indique Sandrine Conseiller.

Une activité maintenue grâce au digital

Pour ceux qui s’étaient digitalisés avant la crise sanitaire, ils ont pu maintenir la qualité de leurs services quel que soit le secteur d’activité de leurs clients. C’est ce qu’a pu faire Maître Arnaud Touati, associé au cabinet « HASHTAG Avocats ». Le cabinet a mis en place le télétravail pour tous les salariés, collaborateurs et stagiaires du cabinet, dès le 16 mars. Tous les collaborateurs utilisent des outils numériques comme « task manager », « contract manager », la signature électronique, les logiciels de visioconférence. « Nous avons pu accompagner juridiquement nos clients à distance, tout en conservant autant que faire se peut les mêmes méthodes de travail », nous explique Arnaud Touati. « Notre cabinet est déjà totalement digitalisé depuis sa création. Par conséquent, le choc a probablement été moins rude que pour d’autres », détaille-t-il. La stratégie mise en place d’acquisition digitale. « Par exemple, nous sommes intervenus dans plusieurs webinars organisés par nos partenaires (Legalstart, Robin, Le Village by CA du Crédit Agricole) dans le cadre desquels nous avons répondu à un ensemble de problématiques juridiques liées à la crise sanitaire du Covid-19 », précise le dirigeant.

Benjamin Orion, fondateur de Deserve Mi, une app de rencontres amicales et amoureuses, a dû se réinventer, les mesures de confinement ont stopper totalement les rendez-vous physiques. « Cette période nous a permis de lancer un pivot auquel nous songions déjà avec l’appui de la BPI. A savoir que « Job Deserve » propose le recrutement de façon ludique et intelligente en 3 étapes à distance », indiue-t-il.
Ce grand projet sera mener jusqu’à la sortie du confinement, et même après. « Il faudra être prêt rapidement. Nous avons donc un travail assez conséquent à mener en ce moment pour recruter des écoles, étudiants et nos premiers partenariats avec les entreprises de la région » détaille le chef d’entreprise. Engagé, Benjamin Orion précise que tout dirigeant se doit d’être réactif et avoir un plan B, notamment en période de crise comme aujourd’hui.